La présidente du Front National et le chef de l’Etat se sont affrontés en face à face mercredi au Parlement européen. Une première.

Si François Hollande et Marine Le Pen ont déjà réglé leurs comptes par déclarations interposés, jamais encore ils ne l’avaient fait en face à face. C’est désormais chose faite. Mercredi au Parlement européen à Strasbourg, la présidente du Front National et le chef de l’Etat ont eu un vif échange en plein hémicycle.

A lire aussi- Quand Marine Le Pen compare l'afflux de migrants à une "invasion barbare"

François Hollande traité de "vice-chancelier" d’Angela Merkel

L’attaque est venue de la leader frontiste, laquelle a lâché à l’attention du duo de dirigeants franco-allemand : "Merci Madame Merkel de nous faire le plaisir de venir avec votre vice-chancelier, administrateur de la province France". Une sortie cinglante ensuite suivie d'une autre attaque sur la manière dont le couple Hollande-Merkel gère l'afflux de migrants et qui a provoqué l’ire de François Hollande. Ce dernier s’est ainsi levé de son siège et a répliqué en visant les partis souverainistes. "La seule voie possible pour celles et ceux qui ne sont pas convaincus de l'Europe, c'est de sortir de l'Europe", a-t-il d’abord affirmé face à Marine Le Pen. Ce qui n’a pas manqué de la faire sourire et même d’applaudir.  

Publicité
Mais "la souveraineté n'a rien à voir avec le souverainisme, la souveraineté européenne, c'est d'être capable de décider pour nous-mêmes et d'éviter que ce soit le retour aux nationalismes, aux populismes, aux extrémismes qui nous imposent aujourd'hui d'aller dans un chemin que nous n'avons pas voulu", a-t-il ensuite affirmé, rouge de colère et sous le regard médusé d’Angela Merkel. Et le président de demander ensuite à son adversaire : "Parfois en vous entendant je me pose la question: est-ce que vous voulez participer à un espace commun?". De son côté la chancelière n’a pas pris la peine de répondre aux attaques de la présidente du FN.