"Le Parisien" est parti à la rencontre de Jacques et Francine Fillon, un couple de commerçants qui vit en Vendée... loin du tumulte provoqué par l'affaire Fillon depuis des jours.

Depuis des jours, leur nom fait la Une des médias... mais pas pour un fait de gloire. En effet, Jacques et Francine, un couple de commerçants qui tient la Maison de la Presse des Herbiers (Vendée), ont pour nom de famille : Fillon.

"Je préfère m'appeler Fillon que Le Pen"

Depuis plusieurs jours, leur nom de famille est donc lié à l'affaire qui agite l'élection présidentielle : celle des emplois présumés fictifs de Penelope Fillon, la femme de François Fillon. Mais alors que l'on pourrait penser que le couple vit un enfer depuis les révélations du Canard enchaîné, celui-ci semble le vivre plutôt bien.

Devant la caméra du Parisien, Jacques explique que ça le "gonfle un peu" de voir son nom sur les journaux qu'il vend tous les jours. "Mais j'assume totalement. Eh puis, je préfère m'appeler Fillon que Le Pen", précise-t-il. Mais le couple explique faire l'objet de quelques remarques de clients. Francine explique : "Il y en a qui me demandent : 'Ah Madame Fillon, vous travaillez aujourd'hui ?' La première seconde, je ne comprenais pas, vous savez, le temps que ça m'arrive au cerveau", raconte la sexagénaire. "Au final, ça m'amuse. On m'a aussi parlé de la couleur de mes cheveux argentés qui ressemblent un peu à ceux de Penelope", poursuit-elle.

Ils ont déjà rencontré, par hasard, François Fillon

Selon leurs dires, le couple vendéen n'a pas de lien de parenté avec le Premier ministre. "Il n'est pas impossible en revanche que les deux familles aient de lointains ancêtres en commun puisque le grand-père de François Fillon a vécu aux Essart, à une vingtaine de kilomètres des Herbiers, là où il était propriétaire d'une grande quincaillerie", relate Le Parisien. Toutefois, Jacques et Francine ont déjà rencontré l'homme politique, par hasard. "C'était il y a quelques années au Puy-du-Fou", se souvient Francine, qui est "fière" de s'appeler Fillon.

Publicité
Un peu moins en revanche depuis quelque temps pour le fils du couple, Guillaume, musicien-comédien, qui s'amuse de cette homonymie. "Fillon, en ce moment, il me pourrit la vie ! Quand maintenant je passe une petite annonce sur le Bon Coin ou j'envoie un mail, je réfléchis à deux fois avant de signer et de donner mon nom", sourit-il.