Pensant que son micro était éteint, la présidente de la commission des lois de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet n'a pas hésité à critiquer l'attitude de ses collègues.

Depuis quelques semaines, les micros de l'Assemblée nationale semblent poser quelques soucis. Après François de Rugy, c'est la députée de la cinquième circonscription des Yvelines, Yaël Braun-Pivet, qui a fait une bourde croyant son micro éteint. Mercredi, la présidente de la commission des lois a lâché des propos pas très sympathiques concernant l'attitude de certains de ses collègues à l'issue de l'examen du projet de loi de moralisation de la vie publique.

"C’est comme si elle était à Nouméa sur une chaise longue"

"On a un groupe qui dort, qui sait pas monter au créneau, qui est vautré", a lâché la députée des Yvelines au vice-président de la commission, Stéphane Mazars (REM). "On a une responsable de texte qui est inexistante, c’est comme si elle était à Nouméa sur une chaise longue", a-t-elle aussi déclaré au sujet de Paula Forteza, députée de la deuxième circonscription des Français de l'étranger. 

Publicité
Décidément, Yaël Braun-Pivet n'a pas épargné ses collègues. "Naïma, elle fait ce qu’elle peut", a-t-elle ajouté à propos de Naïma Moutchou, députée du Val-d'Oise et cheffe de file des députés REM pour la Commission. Les images enregistrées par les caméras du Parlemant, ne sont à ce jour plus visibles sur le site de l'institution.

 

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité