La politique est un monde impitoyable, fait de coups bas, de trahisons et de revirements au gré des évènements. Voici un petit florilège des plus beaux coups de poignard dans le dos...

© AFP

Manuel Valls lâche Benoît Hamon

Publicité
Lors du débat d'entre-deux-tours de la primaire socialiste, Manuel Valls a été clair : il a clairement dit qu'il respecterait les règles édictées pour cette primaire, à savoir soutenir le vainqueur en cas de défaite. Sauf que le 29 mars dernier, le vaincu a alors clairement fait savoir qu'il ne voterait pas pour Benoît Hamon. Lui préférant Emmanuel Macron. Un revirement vécu comme une trahison pour le candidat socialiste à la présidentielle.