L'ancienne directrice-adjointe de la rédaction de l'"Obs" a été licenciée en mai dernier. Selon elle, François Hollande passe son temps à s'occuper de la carrière des journalistes.

Le président est-il responsable du licenciement d'une journaliste ? Licenciée en mai dernier, l'ancienne directrice-adjointe de la rédaction de l'Obs, Aude Lancelin, accuse François Hollande d'être derrière son départ précipité.

L'ancienne journaliste était venue présenter sur RMC lundi matin son livre, Le monde libre (éd. "Les liens qui libèrent"), qui dénonce la collusion entre médias et politiques. Selon elle, son ancienne rédaction est affidée au gouvernement socialiste, qui ne serait pas pour rien dans son licenciement. "Il semblerait que cette chose incroyable soit arrivée à LObs, nous avons des informations qui partent dans cette direction", a-t-elle déclarée.

A lire aussi François Hollande : ses dîners secrets avec une journaliste

François Hollande passe 30 % de son temps avec les journalistes

"Je pensais que François Hollande s'occupait de la Syrie, du chômage de masse, mais il semblerait qu'il s'occupe énormément des journalistes, de leur vie, de leur carrière, et de ce qu'il appelle 'sa presse', dont L'Obs fait partie", a-t-elle dénoncé au micro de Jean-Jacques Bourdin. "Ce qui se passait dans ce journal ne lui convenait pas, et il s'en est ouvert aux actionnaires". Quand le journaliste lui demande s'il arrive à François Hollande de "recaser tel ou tel journaliste dans une rédaction, de se mêler de la vie d'un journal", Aude Lancelin répond que "tout le monde le sait dans le milieu".

Dans son livre, l'ancienne directrice-adjointe du magazine explique que le président est en contact permanent avec 70 journalistes au moins, par textos, et qu'il passe 30 % de son temps avec les journalistes. "On nous avait promis une présidence normale (…), mais ce dérèglement qui consiste à contacter en permanence les journalistes a été poursuivi pendant ces cinq ans", a-t-elle poursuivi. 

Publicité
Par ailleurs, Aude Lancelin dénonce les "puissances d'argent" dans les rédactions qui "n'ont jamais été aussi présentes qu'en ce moment." "L'ensemble des médias sont sous la coupe du CAC40", a-t-elle encore fait savoir.

Vidéo sur le même thème : François Hollande préférerait passer du temps avec les journalistes plutôt qu'avec ses ministres !

Publicité