Le bureau national du Parti socialiste examine depuis une semaine le cas de deux sections de Metz qui ont enregistré un nombre étonnamment haut d'adhésions.

Depuis une semaine, le bureau national du Parti socialiste (PS) examine un cas un peu insolite : l'augmentation anormalement élevée du nombre d'adhésions dans deux sections de Metz depuis janvier, indique France 3 Lorraine.

C'est lors d'une réunion du Bureau fédéral des adhésions il y a une quinzaine de jours qu'il est apparu que 16 personnes avaient adhéré à la section Metz nord , et 97 et 64 pour les deux autres sections que compte la ville, depuis janvier dernier. Une envolée des inscriptions à Metz qui intervient à un moment où la plupart des fédérations départementales voient leurs effectifs reculer, du moins stagner.

Au journal, Jean-Michel Toulouze, adjoint aux finances de la ville, explique avoir été étonné : "En regardant les noms, je suis tombé sur la nièce de mon beau-frère. Je l'ai appelée pour lui souhaiter la bienvenue au PS, et elle m'a appris qu'elle n'avait pas adhéré." Dans sa propre section, Metz IV, l'homme a comptabilisé 64 nouvelles adhésions, dont 63 effectuées en ligne. "Les 63 ne sont pas fausses, mais il y en a un certain nombre et il faut découvrir lesquelles", indique le responsable socialiste.

A lire aussiPrésidentielle 2017 : les candidats préférés des Français pour remplacer Hollande

Un militant PS s'insurge contre la fraude "à la fausse carte d'adhérents PS"

Publicité
Désormais, le bureau national du parti va écrire à chaque adhérent pour qu'il certifie qu'il a bien adhéré de manière volontaire, explique à France 3 Jean-Pierre Liouville, premier secrétaire fédéral. "En fonction des réponses, les adhésions seront ou pas validées, et une enquête plus poussée peut aussi avoir lieu. Sur le plan départemental nous n'avons pas le pouvoir d'annuler des adhésions", a-t-il ajouté.

Sur Twitter, Hacène Lekadir, militant PS, a publié une lettre ouverte, s'insurgant de la fraude "à la fausse carte d'adhérents PS".

Vidéo sur le même thème : Royal, Macron... ces socialistes qui tentent de s'émanciper du PS