Ce lundi, une collaboratrice du maire de la Courneuve (Seine-Saint-Denis) a qualifié l’assaillant de la gare Saint-Charles de "martyr" sur Twitter. Dans la foulée, elle a été suspendue de ses fonctions.

Au lendemain de l’attaque au couteau qui a fait deux morts, dimanche, à la gare Saint-Charles de Marseille, Sonya Nour, collaboratrice du maire de la Courneuve, a déclenché une vive polémique sur Twitter. Sur le réseau social, elle a qualifié l'assaillant de "martyr".

"Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation bla bla bla… Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue (sous entendu les femmes,ndlr) tous les deux jours on l’entend moins votre grande gueule", a-t-elle écrit avant de supprimer son post, comme l’a relevé Le Parisien. Ces propos ont fait réagir de nombreux internautes qui les ont immédiatement condamnés. Ce mardi, Sonya Nour a été suspendue de ses fonctions.

A lire aussi : Attaque terroriste à Marseille : deux jeunes femmes tuées à la gare Saint-Charles

"Les propos tenus par Sonya Nour sont inacceptables"

Le maire PCF de la Courneuve, Gilles Poux, a rapidement rappelé à l’ordre sa désomais ex-collaboratrice. "Les propos tenus par Sonya Nour sont inacceptables. Je les condamne sans nuance." a affirmé l’élu sur Twitter. Comme l’a rapporté BFM, l’édile a également annoncé avoir engagé une mesure disciplinaire contre Sonya Nour, par le biais d’un communiqué de presse : "J’ai engagé cette procédure avec d’autant plus de détermination que ces faits s’inscrivent en totale contradiction avec les valeurs de solidarité et de justice portées par notre municipalité."

Par ailleurs, Jordan Bardella, jeune conseiller régional d’Ile-de-France de 22 ans, a déclaré sur son compte Twitter avoir saisi le procureur de la République de Bobigny pour "apologie du terrorisme".

Publicité
De son côté, Sonya Nour s’est défendue via un long message sur Facebook. Elle y a affirmé n’avoir "jamais fait d’apologie de terrorisme" en expliquant : "Le mot martyr ne veut pas dire 'le juste'. Je l'emploie pas dans le sens chrétien mais dans le sens psychanalytique du terme. D'un point de vue narcissique."

Vidéo sur le même thème : Marseille : le profil de l’assaillant