Quelqu’un a tenté de forcer une armoire du bureau des adhésions au siège parisien de l’UMP dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé un collaborateur du parti. Plus de détails.

L’UMP vit actuellement des heures difficiles. Mis à mal par l’affaire Bygmalion, par la guerre des égos qui le gangrène et par les révélations qui n’ont pas arrêté de pleuvoir cette semaine oncernant sa mauvaise gestion des dépenses, le parti d’opposition doit désormais composer avec une tentative de cambriolage. Un collaborateur a en effet indiqué que quelqu’un avait tenté de fracturer une armoire du bureau des adhésions, situé au siège du parti rue de Vaugirard à Paris, rapporte L’Express (article payant). Une information rapidement confirmée par la direction du parti, laquelle a précisé que cette armoire contient les noms des personnes qui ont adhéré à l’UMP, qui sont à jour de leurs cotisations et qui donc seront amenées à élire le nouveau président du parti en novembre prochain.

Publicité
"Il n’y avait rien de compromettant à y trouver"Toujours selon l’hebdomadaire, ce sont des permanents qui ont fait la découverte de cette tentative de cambriolage mercredi matin. En arrivant sur leur lieu de travail, ils auraient constaté que le bureau du responsable des fédérations départementales avait été visité, qu'une l’armoire y avait été forcée et que son contenu avait été fouillé. On ignore cependant si des documents y ont été volés. "Il n'y avait rien de compromettant à y trouver", a souligné un salarié de l’UMP. "Je ne sais pas si on a rajouté ou enlevé des choses, mais ça a été fouillé, c'est sûr. Il y a eu un coup de tournevis, alors que l'armoire est verrouillée d'habitude", a par ailleurs confié un habitué de la rue de Vaugirard. Et L’Express d’ajouter qu’aucune plainte n’a pour le moment été déposée, sans doute par crainte de voir à nouveau des policiers investir les lieux.

 

 

A voir sur ce thème : Xavier Bertrand tire rarement à blanc ! 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité