En visite dans sa circonscription de Saône-et-Loire jeudi dernier, Thomas Thévenoud a admis avoir commis "des erreurs inexcusables". 

Le jeudi 29 janvier en déplacement dans le petit village de Mazille en Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud est revenu sur ses déboires fiscaux révélés en septembre dernier. Celui qui fut secrétaire d’État le temps d'une semaine en a profité pour s'excuser, rapporte le quotidien local Le Bien Public.

Thomas Thévenoud n'a "pas menti, ni trompé"A priori détendu, le député a admis avoir "commis des erreurs inexcusables". S'il semble comprendre "le choc qu'elles ont engendré", l'ancien secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur maintient qu'il s'est "laissé déborder par son engagement public", mais qu'il n'a "pas menti, ni trompé l'administration fiscale".

Un retour discretLe député socialiste, évincé du gouvernement après que l'on a découvert qu'il était en délicatesse avec le fisc, signe ici un retour discret. Celui qui a tout fait pour rester dans l'ombre depuis septembre dernier retourne peu à peu sur le terrain. S'il n'avait jamais eu l'intention de quitter la vie politique, comme l'évoquait L'Opinion, l'élu de Saône-et-Loire s'est contenté de quelques apparitions pour finalement de nouveau arborer sa casquette de député. Comme le rapporte Le Bien Public, Thomas Thévenoud a, depuis quelques semaines, opéré quelques visites discrètes dans les communes de sa circonscription. Jeudi, à Mazille, s'il est revenu sur sa phobie administrative, il a d'abord écouté les problématiques rencontrées par les élus de la commune.

Un nouvel homme politique ?

Publicité
Dans la petite salle du conseil municipal de Mazille, le député a par ailleurs évoqué le gâchis du mois de septembre. "Aujourd'hui, je paie le prix de tout ça avec ma famille. On est en pleine irrationalité, et quel immense gâchis". Et pour cause, suite à cette affaire, la femme du député avait perdu son poste de chef de cabinet du président du Sénat Jean-Pierre Bel. Après quoi, les époux Thévenoud "bordéliques", comme ils l'admettent, sont restés cloîtrés chez eux. Que l'on se rassure, jeudi, l'élu a affirmé voir "les choses autrement (…) c'est pour cela que je suis, par exemple, passé par le Carmel (le Carmel de Mazille est un monastère) avant de venir vous rencontrer".

Vidéo sur le même thème - Thomas Thévenoud : du rêve au cauchemar 

Publicité
Publicité