Thomas Thévenoud va rejoindre la commission du Développement durable de l'Assemblée nationale. Pourtant, celui qui avait dû quitter son poste de secrétaire d'État après le scandale lié à ses manquements fiscaux se fait très discret.

Toujours député de Saône et Loire, affiché "sans-étiquette" après son éviction du PS, Thomas Thévenoud ne fait désormais plus partie de la commission des Finances de l’Assemblée nationale  a rapporté l’AFP mais il se joindra à celle du Développement durable.

Le député avait déjà participé brièvement à cette commission en étant le rapporteur de la proposition de loi sur les taxis et les voitures de transport avec chauffeur (VTC) sans pour autant en avoir été membre.

Malgré cette nomination, l’homme n’est pas réapparu dans les rangs de l’Assemblée. Depuis son éviction du gouvernement, Thomas Thévenoud semble avoir déserté la place publique. Il n'était pas non plus présent le jour du vote de confiance au gouvernement Valls II rappelle l'AFP

À lire aussi - Le Parlement adopte la loi Thévenoud sur les taxis et les VTC

Absences non justifiées

Plus surprenant encore, celui qui a affirmé ne pas renoncer à son mandat de député pour ses électeurs afin de "mener (sa) mission jusqu’à son terme" et de continuer à "travailler à leur service en usant de toutes (ses) forces", ne s’est pas non plus présenté à la séance du mardi 26 septembre au conseil général où il est élu rapporte Le Journal de Saône et Loire.

L’absence du député n’a pas échappé au président du conseil général, Rémi Chaintron. "Les faits d’actualité sont désormais soumis au effets exponentiels de la caisse de résonance immédiate des médias. (…) Ceci induit pour chacun des élus que nous sommes, sens de l’éthique, exemplarité et transparence" a-t-il martelé durant son discours d’introduction.

Par ailleurs, Le Journal de Saône et Loire rapporte qu’en conséquence de l’affaire Thévenoud et dans l’incapacité de faire démissionner l’élu, Rémi Chaintron a proposé aux membres du conseil général de ratifier une modification du règlement concernant les indemnisations. "Je propose de porter cette baisse au maximum de ce que prévoit la loi, c’est-à-dire 50%" a-t-il annoncé.

Publicité
Jusqu’à présent, le règlement intérieur prévoyait le retrait de 15% des indemnités aux élus absents. Désormais, un conseiller général absent trop fréquemment pourra voir ses indemnités réduire de 50% par rapport au montant initial. Une mesure soutenue par la majorité des membres du conseil général, de droite comme de gauche. Ce nouvel article prévoit cependant une "modulation" proportionnelle au taux d’absence. Un élu absent 10% du temps perdrait ainsi 10% de ses indemnités précise le journal.

À lire aussi - Découvrez la liste de tout ce que Thomas Thévenoud à "oublié" de payer

vidéo sur le même thème - Réaction sur la phobie administrative de thomas Thévenoud