La colère gronde de plus en plus fort dans le milieu du football professionnel français, après que le chef de l’Etat a refusé de revenir sur le projet de taxe à 75%. François Hollande avait pourtant, avant son élection, qu’il n’augmenterait pas les impôts des clubs sportifs.

© AFP

C’est un point sur lequel le chef de l’Etat a refusé de revenir, malgré la menace des dirigeants des clubs professionnels de football de faire grève si la taxe à 75% sur les hauts revenus devait être mise en application. La mesure sera bien mise en place. Le 31 janvier 2012 pourtant, alors qu’il était candidat à la présidentielle, François Hollande avait promis aux clubs de foot que leurs impôts n’augmenteraient pas.

La promesse du candidat Hollande« Je vous promets, il n’y aura pas d’augmentations d’impôts sur les clubs sportifs. C’est déjà un engagement » avait déclaré le futur président, comme le montre cette vidéo d’iTélé ressortie des archives par la chaine. « Je n’ose pas dire qu’il n’y aura pas d’augmentation sur les sponsors des clubs de Boulogne, parce que là je ne voudrais pas aller trop loin » ajoutait-il sue le ton de la plaisanterie. Quelques mois plus tard, la situation était tout autre puisque le gouvernement annonçait la création d’une taxe à 75% sur les très hauts revenus.

Publicité
Pas de compromisLa rencontre organisée le 31 octobre dernier entre les dirigeants des clubs de foot français et le président de la République n’aura rien changé. Le chef de l’Etat n’a pas cédé malgré leurs revendications. La grève prévue pour le week-end du 30 novembre a donc été maintenue. Selon les dirigeants des clubs, cette taxe représenterait au total 44 millions d’euros rien que pour la L1, d’après une estimation calculée sur 120 joueurs des 14 clubs concernés par l’impôt.

Publicité