C'est l'un des risques omniprésents dans toute carrière politique et c'est d'ailleurs la cause de l'extinction de certaines d'entre elles. La rumeur, ce ragot infondé, a pesé sur de nombreuses personnalités politiques. 

©AFP

Najat Vallaud-Belkacem

Publicité
La rumeur dont a fait l'objet Najat Vallaud-Belkacem (NVB) est l'une des dernières en date à avoir reçu un tel accueil médiatique. Souvenez-vous, selon celle-ci, la ministre ne s'appellerait pas Najat Vallaud-Balkcaem mais Claudine Dupont. A l'origine, cette histoire infondée avait circulé en 2013 suite au détournement de propos de Ségolène Royal. Cette dernière avait déclaré au Point : "elle (NVB) s'appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là. Elle doit assumer son identité et en être fière". La rumeur avait alors été réutilisée par les partisans de la "Manif pour tous" lors de la nomination de NVB au ministère de l’Éducation nationale. Cible favorite des commères calomnieuses, la ministre avait également été accusée d'encourager l'apprentissage de la théorie des genres et de l'arabe à l'école.