Comparée à un singe et traitée de « sauvage » par une candidate FN, Christiane Taubira a dénoncé samedi la « pensée mortifère et meurtrière » du parti. Le Front national a de son côté indiqué qu’il allait porter plainte contre la ministre pour diffamation.

© AFP

Traitée de « sauvage » et comparée à un singe par une candidate FN aux municipales de 2014 dans un reportage diffusé dans Envoyé spécial jeudi dernier, Christiane Taubira n’est pas restée de marbre face à ces propos. Si la candidate du Front national a été suspendue dès vendredi matin par le parti, la Garde des Sceaux a réagit samedi en marge d’une visite dans la Drôme. Christiane Taubira a dénoncé « la pensée mortifère et meurtrière de ce parti », ajoutant que « cette militante, qui a des responsabilités puisqu'elle était tête de file, elle le sait. Seulement, elle n'a pas compris que sa direction a dit de faire semblant », rapporte Le Dauphiné.

« Les Noirs dans les branches, les juifs au four… »« On sait bien le contenu de cette pensée mortifère et meurtrière, bien entendu : c'est les Noirs dans les branches des arbres, les Arabes à la mer, les homosexuels dans la Seine, les juifs au four, et ainsi de suite. Voilà les pensées profondes de ce parti » a ajouté la ministre. Des déclarations qui ont provoqué la colère du Front national, qui a annoncé dimanche porter plainte contre Christiane Taubira pour diffamation.

Publicité
« Un épisode de plus de l'affolement d'un pouvoir qui a perdu la maîtrise des choses »« On peut s'interroger sur les qualités de madame Taubira à rester ministre de la Justice de tous les Français au regard de cette transgression inquiétante des règles républicaines. Le Front national engagera donc une procédure judiciaire contre madame Taubira pour faire respecter les règles du débat démocratique et républicain ainsi que l'honneur des millions de Français qui votent pour lui » a déclaré le FN dans  un communiqué. « La violente et outrancière saillie de Madame Taubira rapportée par la presse n'est qu'un épisode de plus de l'affolement d'un pouvoir qui a perdu la maîtrise des choses et jusqu'au sens commun. Rien ne justifie l'expression d'une telle haine à l'encontre d'un parti tout entier et de ses millions d'électeurs » a jugé le parti.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité