La ministre de l’Ecologie effectue actuellement une tournée africaine dans le cadre de la COP21. Un voyage pointé pour les tonnes de CO2 qu’il va produire. 

Un voyage pas très vert. Nommée présidente de la COP21, Ségolène Royal a récemment entamé une tournée africaine. Pendant cinq jours, la ministre de l’Ecologie va ainsi visiter plusieurs villes : le Caire, Addis Adeva, Abidjan, Conakry et Dakar. Un long voyage de plus de 16 000 kms qu’elle va effectuer en avion et qui devrait coûter cher à l’environnement. L’Opinion estime en effet que ce voyage va générer 9,4 tonnes de CO2, soit l’équivalent-carbone d’un citoyen européen en un an. Une consommation qui apparaît d’autant plus paradoxale que Ségolène Royal entreprend justement ce voyage pour s’assurer que l’accord de Paris sur le climat sera bien ratifié par les pays continent africain qui s'y sont engagés en décembre dernier.

Le (très) long et économique voyage de François Hollande

Publicité
Pendant que Ségolène Royal est en Afrique, François Hollande se trouve quant à lui en Amérique du Sud. Après avoir visité la Polynésie, le chef de l’Etat a en effet décidé de se rendre au Pérou, en Argentine et en Uruguay. En tout, le président a ainsi parcouru plus de 46 000 kms en seulement une semaine, soit le plus long voyage de son quinquennat. Pour autant, l’Elysée assure que ce long voyage répond à un souci d’économie. En concentrant plusieurs destinations en un seul voyage, François Hollande a réduit les coûts de ses déplacements, explique Le Parisien qui précise que ce n’est pas la première fois qu’il procède de cette manière. "Fin 2014, Hollande, a ainsi enchaîné Australie et Nouvelle-Calédonie. En mai 2015, il avait déjà compilé les Antilles, Cuba et Haïti", écrit le quotidien.

En vidéo - En Polynésie, Hollande reconnaît "l'impact" des essais nucléaires sur  l'environnement et la santé

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité