Depuis la laborieuse mise en place de la circulation alternée à Paris où se sont affrontées Anne Hidalgo et Ségolène Royal, cette dernière est vivement critiquée au sein du gouvernement.

La gestion de l'épisode de forte pollution en Île-de-France par Ségolène Royal fait du bruit chez les membres du gouvernement. La semaine dernière, le débat sur la mise en place de la circulation alternée a fait rage entre la maire de Paris et la ministre de l’Écologie. Réticente à cette solution, cette dernière l'a repoussée à lundi 23 mars, au grand dam d'Anne Hidalgo, soutenue par des ténors du PS comme Manuel Valls et François Hollande. Depuis, des membres du gouvernement se lâchent sur le "cas Royal".

A lire aussi - Circulation alternée en Île-de-France : comment ça marche ?

Ségolène Royal ? "Ingérable en équipe"

La mise en place d'une "pauvre journée" de circulation alternée à Paris n'a toujours pas été digérée par certains membres du gouvernement. D'après Europe 1, un ténor de l'équipe gouvernementale a affirmé que Ségolène Royal avait "manqué d'intuition, elle aurait dû lancer la circulation alternée dès le vendredi". Un souhait qu'a d'ailleurs formulé Cécile Duflot à la même radio. Vendredi dernier, l'ancienne ministre du Logement a estimé que le refus de Ségolène Royal était "consternant, regrettable et incompréhensible". Mais pour un autre membre du gouvernement, il ne s'agit pas seulement d'une mauvaise appréciation de la situation de la part de la ministre. "Elle est prisonnière de son idée de ne pas imposer un écologie punitive. Elle est ingérable en équipe", selon lui.

A lire aussi - Quand Ségolène Royal propose de jouer Roland-Garros au Parc des Princes

Un problème d'esprit d'équipe donc. Toujours selon Europe 1, Manuel Valls était pour sa part favorable à la circulation alternée dès le jeudi 19 mars. Mais l'entêtement de Ségolène Royal est allé au-delà de toutes les recommandations, qu'elles émanent de la maire de Paris ou du Premier ministre. Suivant ses propres mots, la ministre de l’Écologie ne voulait pas imposer la "galère" aux habitants de la banlieue. Pour la faire plier, il a tout de même fallu que François Hollande intervienne, rapporte la radio.

Hidalgo - Royal : la guerre est déclarée

Publicité
D'après un ministre resté anonyme, Ségolène Royal et Anne Hidalgo ne s'apprécient pas. En témoignent les différents affrontements des deux socialistes. Avant le fâcheux épisode de la circulation alternée, les feux de cheminée avaient fait l'objet d'un désaccord entre les deux femmes. La ministre de l’Écologie avait d'ailleurs levé leur interdiction voulue par les écologistes parisiens. A l'annonce de la fin de la circulation alternée lundi soir, des proches de la ministre ont déclaré, non sans viser la maire de Paris: "elle (Ségolène Royal) fait de la politique, mais pas pour les bobos parisiens".

Vidéo sur le même thème - Gratuité des autoroutes : Royal a-t-elle fumé ?