La ministre de l’Ecologie a provoqué un véritable malaise mardi en se déclarant favorable à la gratuité des péages d’autoroutes le weekend. Et ce n’est pas la première fois que "la liberté de parole" qu’elle revendique provoque des remous au sein de la majorité.

Depuis qu’elle a été nommée ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal s’est déjà offert plusieurs déclarations chocs. On se souvient notamment de ses confidences à Paris Match à propos de ses collègues au gouvernement. Elle dénonçait alors "les boules puantes", "la condescendance" et "le mépris" de certains d’entre eux, avant de finalement rétropédaler. Sont ensuite et plus récemment venus l’enterrement de l’écotaxe et la proposition de compenser le manque à gagner en taxant davantage les sociétés d’autoroute. Une idée accueillie avec scepticisme par le ministre des Finances, lequel en a rapidement pointé les failles. "Les sociétés autoroutières ont bénéficié (…) de contrats extrêmement avantageux, extrêmement bien faits. Ils prévoient que s'il y a une augmentation de fiscalité (...) il doit y avoir une compensation", avait ainsi rappelé Michel Sapin. "Et la compensation, c'est l'augmentation du péage, est-ce que c'est une bonne solution, y compris pour les camions ? Je n'en suis pas absolument certain", avait-il poursuivi.

A lire aussi – Royal et Sapin : ça coince entre les deux ministres

Propositions chocs : Ségolène Royal persiste et signeDes arguments qui n’ont visiblement pas convaincu Ségolène Royal, laquelle a refait une déclaration choc sur les péages autoroutiers quelques jours plus tard. "Il ne s'agit pas de les taxer et certainement pas d'augmenter les prix. La Cour des comptes dit qu'elles (les sociétés autoroutières, ndlr) auraient dû baisser les péages. Elles doivent donc rendre cet argent (…) Il n’y a pas de raison que les Français paient deux fois", a-t-elle en effet fait valoir mardi sur RTL avant d’évoquer la "gratuité durant les weekends". Ce que Matignon a aussitôt écarté, arguant que cela était "difficilement envisageable". Ségolène Royal "a émis une idée ce matin, cette idée a été arrêtée quelques heures plus tard. Je pense qu’elle n’avait pas été travaillée", a de son côté commenté sur BFM TV Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l’Assemblée.

A lire aussi – Royal : les couacs en série de la ministre de l’Ecologie

Un tempérament fort qui plaît aux Français

Une vision sévère des évènements qui semble vouloir souligner une certaine impulsivité chez la ministre. Parle-t-elle trop vite ? Ne planche-t-elle pas assez sur ses idées avant de les exposer ? Même s'il gêne parfois ses collègues, "son tempérament fort est son talent", nous expliquait Françoise Degois, son ex-conseillère. En effet, le caractère bouillant de Ségolène Royal, qui la pousse toujours à la limite du couac et lui garantit ainsi d’être (simplement) rappelée à l’ordre, plaît aux Français.

A lire aussi – Royal rappelée à l’ordre par Bartolone pour un tweet

Royal se fait recadrer par Hollande et Valls

La majorité d’entre eux estime qu’elle fait du bon travail (54%), selon un sondage Odaxa pour Le Parisien. De plus, moins d’un Français sur deux (42%) pense qu’elle est "incontrôlable". "Tout se passe comme si, pour les Français, Royal était — à l’exception du Premier ministre lui-même — le seul homme fort de ce gouvernement", a d’ailleurs analysé pour le journal Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Une image d’autant plus forte que le chef de l’Etat souffre d’une popularité en berne et que deux remaniements ont eu lieu cette année. Aussi la majorité tente actuellement de s’afficher forte, soudée et prête à affronter tous les chantiers qui l’attendent.

Publicité
Pour autant, l’ex-candidate à la présidentielle de 2007 ne semble pas vouloir jouer de cette sa cote et préfère se cantonner à ses nouvelles missions au sein du gouvernement de Manuel Valls. "Ce n’est plus mon timing, ça ne correspond plus à mon engagement ni ce que je me sens capable de faire pour continuer à être utile", a-t-elle récemment assuré à propos de la prochaine course à l’Elysée avant d’ajouter : "La cause de l'environnement continuera à être mon combat, mais pas sous une forme électorale".

A lire aussi – "Ségolène Royal et Français Hollande travaillent en toute confiance"

Vidéo sur le même thème - Ségolène Royal a-t-elle vraiment interdit les décolletés au ministère de l'Ecologie ?