Dans un entretien pour Le Parisien, le président des Républicains a dévoilé plusieurs de ses propositions concernant la police, la justice et la lutte contre le terrorisme.

Le président des Républicains a dévoilé au Parisien à paraître ce mardi plusieurs propositions sur un sujet qu’il affectionne tant : la sécurité.

Parmi ces propositions, Nicolas Sarkozy veut "libérer les forces de l’ordre des tâches secondaires ou périphériques" pour les "concentrer" sur les missions essentielles que sont l’ordre public, le renseignement et l’investigation. Pour les tâches moins importantes, l’ancien président propose de permettre aux employés d’autoroute de "constater les infractions" liées aux excès de vitesse et "de transmettre ces constats à l’autorité de police, administrative ou pénale."

Restaurer l’autorité de l’Etat

Nicolas Sarkozy entend aussi "restaurer l’autorité de l’Etat" qu’il estime "affaiblie" notamment à cause des policiers qui ne peuvent "exercer leur mission faute de soutien de leur autorité." Parallèlement, "il y a un domaine dans lequel Christiane Taubira tient ses promesses : le nombre de détenus a diminué en France depuis trois ans. Les délits augmentent et le nombre de gens en prison diminue, qui peut l’accepter ?" Avant d’ajouter : "La République doit cesser de reculer partout". "L’exécution des peines" doit être "la priorité", fait-il entendre, proposant également "que les trafiquants de drogue qui auront réellement effectué leurs peines de prison soient interdits de séjour à leur sortie de prison dans le quartier où ils ont commis leurs méfaits."

Revoir la notion de légitime défense

L’ancien chef de l’Etat veut aussi revoir la notion de légitime défense afin de permettre aux policiers de mieux se défendre. "Chaque jour, il y a en moyenne une vingtaine de policiers et gendarmes blessés en service. Les atteintes aux forces de l’ordre sont en train d’exploser. Et ils n’ont droit de se servir d’une arme qu’à partir du moment où on leur tire dessus. Je souhaite qu’on débatte de la présomption de légitime défense"

Publicité
Enfin, en matière de lutte antiterroriste, Nicolas Sarkozy propose que "tout étranger ou binational qui a fait le djihad ne doit pas revenir en France. Et tout Français parti faire le djihad doit, quand il revient, aller en prison."

Vidéo sur le même thème : Elections en Catalogne, la position de Nicolas Sarkozy divise

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité