Le groupe frontiste de la prestigieuse école a annoncé lundi avoir baptisé sa section du nom d’un grand personnage de la Résistance. Certains ont dénoncé une "imposture".

L’arrivée tonitruante du Front national à Sciences Po Paris en octobre 2015 avait fait grand bruit. Cette fois-ci encore, mais pour une tout autre raison.

Alors que le groupe frontiste avait déjà fait polémique en se réappropriant l’ancien leader du Front populaire, Léon Blum, en février, cette fois-ci l’association étudiante frontiste de l’école de la rue de Saint-Guillaume a annoncé lundi s'être baptisée "Jean Moulin", figure de la Résistance torturé à mort par les nazis en 1943.

A lire aussi Le FN, premier parti de France… chez les jeunes

"Beaucoup d’indignation, voire de colère"

Dans un communiqué du groupe FN cité par Métronews, il est écrit : "En prenant ce nom de baptême, le FN Sciences Po espère ainsi honorer la mémoire de ce serviteur exceptionnel de la France et méditer sur son exemple. Nous affirmons enfin solennellement notre attachement aux valeurs portées par Jean Moulin." L’association a reçu dans la foulée l’aval du vice-président du FN, Florian Philippot, qui a tweeté : "Un choix magnifique. Le patriotisme une idée toujours moderne."

Publicité
Mais ce choix n’a pas du tout plu dans l’école. "C'est un sujet de conversation entre les étudiants, confirme auprès de Metronews, Romain Millard, président du groupe Les Républicains de Sciences Po. Il y a eu beaucoup d'indignation, voire de colère, notamment des personnes plutôt de gauche." Une pétition a même été lancée sur Internet par le secrétaire de la section PS de Sciences Po pour s’opposer à ce choix.

Vidéo sur le même thème : Sciences Po Paris accueille une vingtaine de réfugiés