Secrètement opéré de la prostate en février 2011, François Hollande a affirmé dimanche qu’il ne subissait plus "aucun traitement" et qu’il allait "bien". Son prochain bulletin de santé devrait être publié en janvier.

©AFP

Il n’y a aucune inquiétude à avoir : François Hollande va "bien". C’est en effet ce qu’a assuré le chef de l’Etat dimanche lors d’une interview accordée à France 24/TV5 Monde/ RFI. Quelques jours après que son opération de la prostate en 2011 a été dévoilée dans la presse, le président de la République a tenu à s’expliquer sur les raisons de son silence. "On peut me faire toutes les critiques, tous les reproches, sauf sur mon état de santé", a-t-il déclaré. Selon lui, la polémique née autour de cette intervention chirurgicale "n'avait pas beaucoup de sens" car tout ceci relevait d’ "une part d'intimité qui n'a pas forcément à être exhibée". Et alors que cette révélation a suscité des questions quant à son état de santé actuel, François Hollande a affirmé : "C'était une opération bénigne que j'avais eue il y a plus de deux ans et qui n'avait eu aucune suite médicale, donc je n'ai aucun traitement et je vais bien".

Publicité
Une fine organisation pour ne pas éveiller les soupçonsLa semaine dernière, France Info a en effet révélé que le chef de l’Etat a été opéré de la prostate en février 2011, soit quelques mois avant les primaires socialistes en vue de la présidentielle de 2012. Le candidat d’alors se serait rendu à l’hôpital en deux temps pour ne pas éveiller les soupçons. Il y serait allé une première fois pour des examens ambulatoires, puis une seconde fois pour y être opéré. Là, il serait cependant resté hospitalisé une semaine. Mais François Hollande n’est pas le seul président de la Ve République à avoir ses petits secrets dans ce domaine. Avant lui, Georges Pompidou, François Mitterrand et Jacques Chirac ont, eux aussi, choisi de masquer tout ou une partie de leur état de santé.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :