Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé son retour vendredi, Rachida Dati a regretté ce lundi matin qu’il ait fait le choix de Frédéric Péchenard pour diriger sa campagne pour la présidence de l’UMP.

Elle désapprouve ce choix. Invitée ce lundi matin sur France TV Info, Rachida Dati a commenté le retour de Nicolas Sarkozy. Et si l’ancienne garde des Sceaux s’est montrée favorable à ce qu’il brigue la présidence de l’UMP, elle a en revanche exprimé quelques regrets quant à la manière dont il s’y prend. "Vu l’état de l’UMP, ça s’impose. L’UMP n’a pas de ligne politique, de débat, est totalement fracturée", a-t-elle d’abord déclaré avant d’ajouter à propos du choix de nommer Frédéric Péchenard, l’ancien directeur général de la police nationale, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy : "Je trouve que c’est un mauvais choix".

Et celle-ci d’ajouter, sans toutefois préciser pourquoi : "Nicolas Sarkozy le sait et Frédéric Péchenard aussi (…) on fera avec".

A lire aussi – Copé, Morano, Estrosi… : ils soutiennent le retour de Nicolas Sarkozy

Rachida Dati a une dette de 5 000 euros envers le groupe UMP de Paris 

Publicité
Dati appelle Sarkozy à "renouveler" son équipe après l’échec de 2012Il y a quelques jours, alors que le mystère planait encore retour du champion de la droite, la maire UMP du 7e arrondissement avait expliqué qu’elle n’offrirait pas un soutien aveugle à Nicolas Sarkozy. Assurant qu’il était selon elle "le meilleur d’entre nous" pour prendre les commandes du parti d’opposition, elle avait également appelé l’ancien président à revoir la composition de son entourage. "Lors de cette campagne, Nicolas Sarkozy a tout donné, mais au fil des mois il se battait de plus en plus seul (…) Certains ‘ténors’ de droite ne croyaient pas en la victoire de N. Sarkozy, tout en feignant le contraire. Espéraient-ils sa défaite?", avait-t-elle regretté, avant de lui conseiller de "renouveler" son équipe "avec des élus locaux, méritants, ancrés dans le quotidien des Français, plutôt que de s’appuyer sur des professionnels de la politique, aux investitures reçues en héritage, par cooptation, ou parce qu’ils appartiennent aux bons réseaux".

A lire aussi – Retour de Sarkozy : Dati et Morano pourraient gêner ses plans

A voir sur ce thème : Rachida Dati accuse son collègue de l'UMP Geoffroy Didier de racisme