Alors que les adhérents de l’UDI votent actuellement pour élire son successeur à la présidence du parti, Jean-Louis Borloo suivrait cette élection à distance, accaparé par son nouveau projet.

La politique, ce n’est plus son affaire. C’est en tout cas ce que Jean-Louis Borloo répond lorsqu’on l’interroge sur son avenir. "Je suis à 100% ! J’ai fait Valenciennes, j’ai fait la rénovation urbaine, maintenant c’est l’Afrique", a-t-il en effet expliqué à l’AFP depuis les locaux de son ancien cabinet d’avocat à Paris. Retiré de la profession depuis 2012, puis de la politique il y a six mois, l’ancien président de l’UDI se consacre désormais pleinement à son nouveau projet, de l’autre côté de la Méditerranée.

Un projet de fondation pour l’énergie en AfriqueBien loin de la politique française, Jean-Louis Borloo dédie désormais une bonne partie de son temps à un projet de fondation pour l’énergie pour l’Afrique. Un nouveau cheval de bataille encore en chantier : sa fondation n’a pas encore été créée ni n’a de bureau, mais qui semble passionner l’ancien ministre. "Je vais toutes les semaines en Afrique", a affirmé celui qui il y a quelques mois encore était hospitalisé pour une septicémie. Là-bas, "j’ai tout le monde avec moi", a-t-il même assuré à propos des différents chefs d’Etats africains qu’il a pu rencontrer. Son objectif à moyen terme : une centrale solaire à Kita au Mali, note l’AFP. "Là où il est bon c’est quand il faut créer, cela l’emmerde de gérer", a de son côté commenté l’un de ses proches à l’agence de presse.  En tant que père fondateur de l’Agence nationale pour la Rénovation urbaine (Anru), Jean-Louis Borloo a toutefois accepté de se rendre mercredi dernier au ministère de la Ville pour fêter les dix ans du dispositif. "Je ne pas parle pas de politique. Je suis en Afrique", a-t-il alors insisté dans les colonnes du Journal du Dimanche, avant de souligner : "Je suis en Afrique pour faire le même programme, exactement le même".

A lire aussi – Borloo va "mieux" et s’exprime par vidéo pour les européennes

Publicité
A-t-il vraiment renoncé à toute activité politique ?Et si l’ancien créateur du Grenelle de l’environnement refuse de parler d’autre chose que de son nouveau projet et revendique une certaine distance avec la politique de l’Hexagone, son entourage tient un autre discours. Plusieurs centristes ont en effet rapporté à l’AFP qu’il suivrait de près l’élection de son successeur aux commandes de l’UDI. "Il tire les ficelles en coulisses" et "soutient (la candidature de) Jégo", se murmurerait-il dans les couloirs du parti.

A lire aussi –Yves Jégo dans le viseur de la justice pour ses déclarations de patrimoine

Tous s’accordent en revanche sur la version donnée par Jean-Louis Borloo concernant son état de santé. "Il est revenu au top !", se réjouissent-ils.

 Vidéo :  Qui sera le nouveau président de l'UDI ?