A l'initiave du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le détail de l'utilisation de la réserve parlementaire a été publié mercredi sur le site de l'Hémicycle. Les députés n'ont pas dépensé l'intégralité des 90 millions euros mis à leur disposition.

L'Assemblé nationale a publié mercredi sur son site Internet le détail de l'utilisation, en 2013, de la réserve parlementaire. Ces dépenses correspondent  à des subventions distribuées par chaque député aux collectivités locales et associations de son choix. En tout, 80,94 millions d'euros ont été répartis l'an dernier, contre 150 millions d'euros en 2011.

Un choix à faire

Chaque député dispose de 130 000 euros en moyenne par an. Les membres du Bureau de l'Assemblée nationale ont le droit à une réserve de 140 000 euros, les vice-présidents de l'Assemblée, les questeurs, les présidents de groupe et les présidents de comission ont 260 000 euros, et le président du Parlement dispose de 520 000 euros.

Certains députés ont fait un tri drastique de leurs subventions, d'autres ont choisi de donner un peu à beaucoup de projets. De plus, des élus ont dépensé plus que ce dont ils disposaient et vice-versa. Gilles Carrez, président de la Comission des finances, a par exemble distribué plus de 700 000 euros, dont plus de la moitié allouée à sa commune du Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne). Laurent Fabius a, quant à lui, fait profité son village de vacances de sa réserve parlementaire.

Un citoyen milite pour la transparence

Cette publication a été initiée par le président de l'Hémicycle, Claude Bartolone, pour répondre aux questions sur la transparence. Dans le cadre de la lutte contre l'opacité des dépenses de nos élus, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, présidée par Jean-Louis Nadal, a ainsi été créée en octobre dernier.

Publicité
En 2011 et 2012, les chiffres avaient été communiqués grâce à la tenacité d'un professeur de mathématiques. Hervé Lebreton avait consacré deux ans de lutte par messages interposés et voie juridique. Finalement le tribunal administratif de Paris avait obligé le ministère de l'Intérieur à transmettre le montant de ces aides publiques. Désormais les dépenses seront révélées chaque année a promis Claude Bartolone.

A voir également : Dominique Lefebvre, vice-président PS de la commission des finances à l’Assemblée nationale

Publicité