Chaque année, après les vacances d'été, le président de la République doit faire face à des ennuis en cascade. Cette année, la démission d'Emmanuel Macron porte un coup dur aux projets du chef de l'Etat.

Encore une rentrée politique mouvementée pour François Hollande... A tel point qu'on pourrait maintenant parler de véritable malédiction !

Pour cette rentrée - sans doute la dernière pour le président - le chef de l'Etat a dû déjà faire face à de nombreux ennuis. Dont l'un n'est pas des moindres : la démission brutal du ministre de l'Economie. Emmanuel Macron a remis mardi sa lettre de démission au président, qui l'a acceptée. Ce dernier aurait tout fait pour le garder encore auprès de lui, sous ses ordres, en vain.

A cela il faut ajouter les multiples déclarations de candidature à gauche pour la primaire, et la polémique sur le burkini cet été qui a déchiré le gouvernement. Enfin, sur le terrain social, le conflit entre les éleveurs et le groupe Lactalis a occupé aussi la fin d'été de l'exécutif.

A lire aussi Emmanuel Macron : les coulisses de sa démission brutale

Les rentrées précédentes n'étaient guère meilleures

En 2015, la rentrée politique était également difficile pour François Hollande : l'Insee avait annoncé une croissance nulle pour le deuxième trimestre, la crise des éleveurs porcins battait son plein, et François Hollande devait trouver un successeur à François Rebsamen, ex-ministre du Travail.

En 2014, François Hollande a vécu la pire de ses rentrées politiques : publication du livre de Cécile Duflot à charge contre le gouvernement, les départs groupés de Montebourg, Filippetti et Hamon, la révélation des impayés du fraîchement nommé Thomas Thévenoud. Et pour couronner le tout, Valérie Trierweiler publie son désormais célèbre livre Merci pour ce moment

Publicité
En 2013, la rentrée politique a été moins mouvementée : les nouveaux rythmes scolaires, initiés par Vincent Peillon, commencent à faire jaser, et une photo de François Hollande, sourire béat, dans une classe d'école provoque la risée.

En 2012, pour sa première rentrée, François Hollande avait dû affronter les sondages qui lui donnaient 16 points en moins, un triste record pour une première année d'un président.

Vidéo sur le même thème : François Hollande : ses plus belles gaffes !

Publicité