Les membres du gouvernement font leur rentrée ce lundi. Après deux semaines de vacances, les ministres vont ainsi devoir se réunir autour du président Hollande pour déterminer les grandes lignes de la "France de 2025".

©AFP

Fini les vacances. De retour après deux semaines de congés, tous les membres du gouvernement sont attendus ce lundi à l’Elysée. Et alors que le président Hollande leur avait donné pour devoir de vacances de plancher sur la "France de 2025", les ministres vont devoir rendre leur copie et ainsi, livrer le fruit de leur réflexion pour l’avenir du pays.  L’objectif de ce séminaire est clair, il s’agit selon la présidence de la République de "préparer la France dès aujourd’hui à relever les défis qui seront les siens dans 10 ans à travers un diagnostic mettant en exergue ses forces et ses faiblesses".

"La France aura pleinement recouvré sa souveraineté budgétaire"Et tandis que le site du Point a dévoilé les bonnes feuilles des copies des ministres, on apprend, entre autres, que Pierre Moscovici, le ministre des Finances estime qu’un retour au plein emploi serait tout à fait "réaliste" en 2025 car selon lui, la France aura alors "pleinement recouvré sa souveraineté budgétaire". Seul bémol à l’optimisme du ministre, le positionnement du pays en termes de puissance économique mondiale. Pierre Moscovici prévoit en effet que la France passe de la cinquième à "la huitième ou neuvième place".

"Des forces de l’ordre 3.0"De son côté, Manuel Valls table sur "des forces de l’ordre 3.0 efficaces, proches de la population et à la pointe des avancées technologiques". Et si le ministre de l’Intérieur mise sur une France très à la pointe en termes de sécurité d’ici une dizaine d’années, son homologue de la Justice, prévoit quant à elle, "le développement des peines alternatives à l’incarcération" pour lutter contre la surpopulation carcérale. Pas sûr que cette idée convainque Manuel Valls, lequel s’est d’ores et déjà vivement inquiété du projet de réforme pénale soumis par Christiane Taubira ces derniers jours.

L’accès au logement sera "une étape plaisante de la vie'Cécile Duflot s’est, quant à elle, laissée aller à rêver d’une France dans laquelle l’accès au logement "pour chacun ne sera plus un facteur de stress ou d’incertitude, mais une étape plaisante de la vie". Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif a, lui, prédit le retour du pays "dans le concert des grandes nations industrielles" doublé d’une balance commerciale dégageant "un excédent positif structurel".

Publicité
"Donner un horizon aux Français"Et alors que François Hollande s’apprête ce lundi à discuter de toutes les idées avancées par les ministres, l’opposition n’a pas manqué de critiquer cette démarche. Le vice-président de l’UMP, Laurent Wauquiez a en effet dénoncé le caractère "surréaliste" de ce séminaire sur la "France de 2025". Selon lui, le gouvernement ferait mieux de s’atteler à surmonter les "difficultés actuelles" comme les hausses d’impôts. "S’occuper du quotidien ne doit pas empêcher" de "donner un horizon aux Français", a quant à lui souligné le premier secrétaire du PS, Harlem Désir. L’entourage du chef de l’Etat a par ailleurs insisté sur le fait que "dix ans, c’est le temps nécessaire pour que des transformations profondes aboutissent", avant de rappeler que le gouvernement tente depuis près de quinze mois de "sortir le pays d’une décennie noire".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :