Selon Le Monde, l’ancien ministre de la Culture serait en bonne voie pour être nommé à la direction d’un joyau du patrimoine français.

La semaine dernière, Fleur Pellerin quittait avec regret le ministère de la Culture, remplacée par Audrey Azoulay, une proche de Julie Gayet.

Depuis son départ du gouvernement, l’ancienne locataire du Palais-Royal s’est confiée au magazine L’Obs et à RTL, répétant ne pas avoir été en odeur de sainteté auprès de certains lobbies culturels ; une explication sans doute à son limogeage. "Je n’ai pas voulu être la ministre de l’entre-soi", explique-t-elle en pointant du doigt le "milieu parisien, autocentré".

"J'ai une conception extrêmement noble des institutions culturelles"

Désormais évincée du gouvernement, elle n’a pas de mandat local sur lequel rebondir. Mais Le Monde croit savoir que Fleur Pellerin pourrait bien trouver un point de chute au château de Versailles dont elle prendrait la présidence. Toutefois, l’intéressée a opposé un démenti vendredi matin à la radio : "Si on me proposait une chose pareille, je le refuserai. (...) J'ai une conception extrêmement noble des institutions culturelles. Je considère qu'elles ne sont pas des lots de consolation pour des gens qu'on peut croire déçus". 

Publicité
S’agissant de son avenir politique, Fleur Pellerin a déclaré à L’Obs son intention de "jouer un rôle dans le destin de la France", tout en se disant sur RTL "très heureuse" de soutenir François Hollande pour la présidentielle de 2017. Mais à une condition : "Celui pour lequel j'aurai envie de consacrer du temps et de l'énergie devra avoir pris en compte cette vision que je défends de la politique culturelle".

Vidéo sur le même thème : "Je n'ai pas assez flatté" : remerciée, Fleur Pellerin se lâche

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité