Selon Le Canard Enchaîné, Marine Le Pen ne s'est toujours pas acquitée des honoraires auprès des avocats qu'elle a engagé pour récupérer son permis.

Serait-ce de la phobie administrative ? Ce virus qui semble se répandre chez quelques politiques ? Quoi qu’il en soit, Marine Le Pen doit toujours 3000 euros aux avocats qu’elle a sollicités en 2013 suite au retrait de son permis l’année précédente rapporte ce mercredi Le Canard Enchaîné (repéré par Le Scan). En effet, un passage au feu rouge lui avait alors coûté son carnet rose.

Non pas que l’infraction constatée par les fonctionnaires de police soit particulièrement grave, mais parce qu’elle avait déjà perdu l’essentiel de ses points, notamment à cause de plusieurs excès de vitesse.

Ainsi, l'hebdomadaire satirique  raconte que Marine Le Pen a engagé en janvier 2013 une procédure judiciaire pour contester le retrait (toujours en cours par ailleurs). Pour cela, c’est le cabinet parisien Dufour et Associés qui a été sollicité et qui s’est chargé de suivre le dossier.

Lire aussi : Comment Marine Le Pen entend profiter du retour de Nicolas Sarkozy

Problème : les avocats n’ont jamais été payés. Ces derniers ont alors saisi le bâtonnier de Paris pour réclamer leur dû.

Publicité
Convoquée une première fois en mai dernier, Marine Le Pen n’aurait pas honoré le rendez-vous préférant envoyer un courrier au bâtonnier en juillet. Selon Le Canard Enchaîné, la présidente du FN considère dans sa missive qu’elle n’est plus obligée de régler les honoraires dans la mesure où l’avocat avec qui elle traitait a quitté ledit cabinet.

Une vaine tentative puisque le bâtonnier n’a pas du tout été sensible à cet argument et exige depuis le 19 septembre le remboursement intégral de cette dette auprès du cabinet.

Marine Le Pen s’était récemment exprimée sur la "suppression des radars". Quand on voit ce que ça lui coûte, on comprend mieux.  

Vidéo sur le même thème : la crise du porc selon Jean-Marie Le Pen