Rachida Dati a craqué face à Maitena Biraben dimanche midi lors de l’émission Le Supplément sur Canal +. L'ancienne garde des Sceaux assure être menacée de mort et que sa fille serait malade.

"Vous savez que j'ai des menaces de mort, on m'appelle et on me demande de l'argent en échange de ma fille. Est-ce que vous savez que je l'ai déscolarisée par moments", a déclaré la maire du VIIème arrondissement de Paris. L’ancienne protégée de Nicolas Sarkozy était l’invitée du Supplément sur Canal +, l’émission de la journaliste Maïtena Biraben. Quand celle-ci a commencé à lui parler de la  bande dessinée "Rachida, aux noms des pères",la vice-présidente de l’UMP s’est énervée, estimant que la journaliste faisait "de la promo"  au journaliste Yves Derai – dont elle qualifie le comportement de "voyou" - et à son dessinateur Bernard Swysen en exhibant ainsi la BD à la télévision. A la vue de la couverture de la BD, dont elle a tenté d’interdire la publication, elle a ajouté : "quand vous voyez qu'il est écrit que j'ai utilisé ma famille pour faire de l'argent... C'est juste sale et bas."

"Cette petite fille est en pâture"

Ensuite, alors que la présentatrice lui pose une question au sujet de la paternité de sa fille, Zohra, Rachida Dati a craqué et a confié "Que voulez-vous que je fasse ? Ma petite fille a eu des problèmes de santé graves. Ça vous intéresse ou pas ? Je n'ai pas, quand même, à mettre ça sur la table. Est-ce que vous pouvez arrêter là-dessus ? Oui ou non ? Cette petite fille est en pâture." La journaliste lui a ensuite rétorqué qu’elle est une personnalité publique, qu’il est normal que les gens s’intéressent à elle. Maïtena Biraben lui demandé s'il ne serait-ce pas plus facile de dévoiler l’identité du père. L’ex-candidate aux municipales de 2014 lui a alors répondu : "vous rentrez là-dedans, vous vous abaissez, Maïtena." Car Rachida Dati peut comprendre que "des hommes…" s’y interessent, "un peu parfois…bon… mais que des femmes s’abaissent à ça", ça la "surprend."

Publicité
Interviewée par Puremédias, Maïtena Biraben a avoué être sortie "physiquement rincée" de cette affront télévisé. Elle a aussi rajouté que "lui poser la question 'Si vous disiez le nom du père de votre fille, vous ne régleriez pas tous les problèmes ?', ce n'est pas illégitime comme question. Elle peut me répondre qu'elle ne souhaite pas répondre, c'est tout à fait valable. Mais ma question l'est aussi." 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :