Les ennuis financiers s’accumulent autour de l’ancien garde des Sceaux qui se voit réclamer encore ce vendredi des sommes impayées.

On va finir par croire que Rachida Dati a des problèmes quand il s’agit de sortir de l’argent de son porte-monnaie, ou plus exactement de sa banque.

Ce vendredi, on apprend en effet que l’ancien garde des Sceaux sous le règne de Nicolas Sarkozy a vu, jeudi, l’un de ses comptes bancaires saisi par la justice. Cette opération devant permettre de répondre à une décision de justice qui intimait l'ordre à Rachida Dati de rembourser près de 2 000 euros de frais de justice à deux réfugiés dont elle avait utilisé la photo sans autorisation et qui l’avaient attaquée en justice.

En juillet 2014, le maire UMP du 7e arrondissement avait déjà dû subir une saisie de ses comptes bancaires pour cette même affaire, comme le rapportait le Canard enchaîné. Elle avait été condamnée à verser plus de 2 000 euros de frais de justice aux réfugiés afghans pour l’utilisation sans permission de leur image. Une somme qu’elle n’avait pas reversée aux victimes, même après plusieurs mises en demeure.

5 000 euros par-ci, 5 000 euros par-là

Publicité
Un mois avant, le journal L’Opinion avait révélé que l’ancien ministre de la Justice ne s’était pas acquitté des cotisations à verser au groupe UMP du Conseil de Paris. "Il faut payer pour participer à la vie du groupe. Cela vaut pour Rachida Dati comme pour d’autres", avait alors déclaré le maire du XVIe arrondissement, Claude Goasguen. Rachida Dati devait ainsi 5 000 euros au groupe UMP, une somme demandée à chaque tête de liste d’arrondissement de la capitale. En plus de cet argent, l’ancien garde des Sceaux a accumulé une dette du même montant – 5 000 euros – pour ne pas avoir versé pendant plus de quatre ans sa cotisation mensuelle à l’UMP en tant qu’élue.

Vidéo sur le même thèmePrincipal suspect du meurtre de Chloé: "ces types-là, c'est dehors!" pour Rachida Dati

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité