La relation entre la maire socialiste de Paris et la maire UMP du 7ème arrondissement est au beau fixe. Lundi soir, elles ont donné ensemble une conférence en hommage à la jeune pakistanaise condamnée à mort.

Lundi dernier, Anne Hidalgo et Rachida Dati animaient une conférence de presse pour soutenir Asia Bibi, une jeune chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème. Bien qu’elles ne soient pas du même bord politique, les deux femmes ne cachent pas leur complicité. La maire de Paris n’a d’ailleurs pas hésité à changer son emploi du temps pour y assister, rapporte Le Figaro.

Lire aussi -Rachida Dati et Anne Hidalgo, copines inattendues

"Je voudrais remercier Anne Hidalgo, ma chère Anne, d'avoir répondu, oui, tout de suite à mon invitation, qui, il faut le dire, s'est faite un peu dans l'urgence", a ainsi déclaré Rachida Dati qui a salué "l'engagement et le soutien constants de la maire de Paris envers Asia Bibi et les femmes en général, leurs droits et surtout leur liberté". "Oui nous partageons des valeurs communes, et ce depuis bien longtemps. C'était déjà le cas il y a 20 ans, lorsqu'Anne Hidalgo était l'adjointe de Bertrand Delanoë, ça l'est toujours aujourd'hui", a-t-elle confié au Scan du Figaro.

"J'aime beaucoup Rachida Dati, avec qui je partage énormément de choses et de combats"

De son côté, Anne Hidalgo a déclaré : "Il est vrai que j'ai très vite dit oui car cette cause nous a toutes et tous rassemblés, unanimement et spontanément". Avant d’ajouter : "J'aime beaucoup Rachida Dati, avec qui je partage énormément de choses et de combats".

Lire aussi -Rachida Dati : amie d'Anne Hidalgo, elle balançait sur NKM en secret

L’ancienne garde des Sceaux avait récemment évoqué son admiration pour la maire de Paris lors de l’émission de Canal +, Salut les terriens. Elle avait alors indiqué qu’elle trouvait le parcours d’Anne Hidalgo "intéressant". Rachida Dati avait ainsi révélé qu’elle  avait "plus d’affinités personnelles" avec la maire socialiste qu’avec sa collègue au sein de l’UMP, Nathalie Koscisuko-Morizet.

Publicité
"On a des divergences sur beaucoup de sujets mais on arrive à se parler, on a des conversations de femmes et de femmes politiques et aussi sur des sujets de fond. On n'est pas sur des agressions", avait ainsi précisé la maire du 7ème arrondissement de Paris au sujet d’Anne Hidalgo. Elle avait également pris sa défense en taclant au passage sa famille politique : "Je n'ai pas aimé les attaques, quand on l'avait traitée de femme de ménage, de fille de concierge, d'Espagnole, je n'ai pas aimé ça".

Vidéo sur le même thème : Anne Hidalgo agace à gauche

Publicité
Publicité