La secrétaire d’Etat en charge du numérique n’a pas mâché ses mots pour dire tout le bien qu’elle pense de l’attitude de l’ancienne garde des Sceaux en 2009.

Il y a sept ans, Rachida Dati a donnait naissance à son premier enfant. Et alors qu’elle était aux commandes du ministère de la Justice, cinq jours après son accouchement, l’ex-garde des Sceaux avait repris le travail. Un retour qui avait alors fait couler beaucoup d’encre et dont se souvient encore Axelle Lemaire.

A lire aussi – Dati, Royal, Sarkozy… quand les bébés s’invitent au gouvernement

"En tant que femme, je m'étais sentie heurtée"

Enceinte de son troisième enfant, la secrétaire d’Etat en charge du Numérique est en effet récemment revenue sur cet épisode dans les colonnes du Parisien. "Il y avait un côté Wonderwoman mais je me souviens, en tant que femme, que je m’étais sentie heurtée", a-t-elle confié. Et celle-ci de poursuivre en vantant les avantages du congé maternité : "C’est une conquête sociale qui répond à une réalité et à un besoin physiologique, physique et psychologique pour la mère comme pour l’enfant nouveau-né. Pour toutes celles qui n’ont pas forcément la possibilité de revenir rapidement ou qui sont fragilisées dans leur contexte professionnel parce qu’elles ont un enfant, c’est une claque". Remontée contre Rachida Dati, Axelle Lemaire a ensuite conclu son intervention en annonçant qu’il était "hors de question" qu’elle fasse comme elle.

Publicité
Mais si la ministre ne mâche pas mots à l’égard de Rachida Dati, elle n’a pas non plus l’intention de profiter pleinement de son congé maternité. En effet, alors qu’elle doit accoucher le mois prochain et qu’elle dispose normalement de huit semaines de congés avant le terme, celle-ci n’a cependant pas l’intention d’en disposer. Dans quelques jours, Axelle Lemaire doit défendre le projet de loi pour une République numérique à l’Assemblée nationale et elle n’a pas l’intention de se défiler. "Cela me semble tout naturel de pouvoir concilier les deux. Au-delà de mon cas personnel, c'est important symboliquement de montrer que c'est possible", a-t-expliqué au quotidien.

En vidéo - Parité homme-femme : "Madame la ministre, Monsieur la députée"