La direction du parti d’opposition aurait récemment décidé de ne plus les notes de téléphones de Rachida Dati. Selon le Canard Enchaîné, celles-ci coûteraient près de 830 euros par mois, soit 10 000 euros par an.

Rachida Dati devra désormais s’acquitter elle-même de ses factures de téléphones. C’est en effet ce que révèle Le Point cette semaine. Selon les informations de l’hebdomadaire, Luc Chatel, le directeur général du parti aurait récemment décidé de ne plus prendre aux frais de l’UMP les factures de portables de la maire du 7e arrondissement de Paris. Et si les raisons qui ont motivé cette décision n’ont pas été communiquées, on peut aisément supposer que cela est lié au montant de ces notes.

Près de 10 000 euros par an ?

A lire aussi – Après les factures téléphoniques de Dati, les très chers déplacements de Fillon

En juillet dernier, le Canard Enchaîné avait dévoilé les montants des factures téléphoniques très salées de Rachida Dati et que l’UMP aurait payés pour elle. L’hebdomadaire satirique évoquait alors quelques 830 euros par mois, soit près de 10 000 par an. Une information que l’ex-ministre avait aussitôt démentie, assurant même sur Twitter que "jamais aucun frais personnel (la) concernant n’a été pris en charge" par son parti. "Rien ne m’abattra !", avait-elle-même écrit.

Rachida Dati n’aurait pas payé les 5 000 euros qu’elle doit au groupe UMP du Conseil de Paris

A lire aussi – Rachida Dati : sa dette envers le groupe UMP du Conseil de Paris

Publicité
Récemment Rachida Dati a également été accusée d’être une mauvaise payeuse par Claude Goasguen. Le maire du 16e arrondissement de Paris a en effet déclaré que sa collègue en charge du 7e devait 5 000 euros au groupe UMP du Conseil de Paris. Une somme qui correspond à la cotisation dont chaque tête de liste des élections municipales doit s’acquitter afin que l’opposition puisse agir dans la capitale.

A voir sur ce thème : Rachida Dati accuse son collègue de l'UMP Geoffroy Didier de racisme