Au cœur d’une vive polémique depuis qu’elle a parlé de "race blanche" à la télévision, Nadine Morano a de nouveau évoqué sa fameuse "amie noire". Découvrez ce qu’elle a dit.

Souvenez-vous, en 2012 Nadine Morano se défendait d’être raciste en invoquant sa "meilleure amie tchadienne" et donc "plus noire qu’une Arabe". Un argument qui avait alors provoqué un tollé de critiques. Ce qui n’a visiblement pas gêné l’eurodéputée Les Républicains.

"Mon amie noire, elle est exaspérée de voir ce qu’on dit sur moi !"Une nouvelle fois accusée de racisme et même menacée d’être évincée de la liste des régionales de décembre, Nadine Morano n’a pas hésité à refaire appelle à sa fameuse "amie noire" pour tenter de prouver sa bonne foi. Contactée par Metronews lundi, elle a en effet déclaré : "Mon amie noire, elle est exaspérée de voir ce qu’on dit sur moi ! Elle se dit : 'mais alors, on ne peut plus rien dire dans ce pays!'". Et celle-ci de poursuivre en faisant référence à la relaxe de Guy Bedos : "En effet, certains ont la liberté d’expression de me traiter de 'connasse' et moi, je n’ai pas le droit d’affirmer quelque chose de factuel. C’est quand-même bizarre!".

A lire aussi – Le général de Gaulle a-t-il vraiment parlé de "race blanche" ?

"Des valises" de mails de soutienDepuis qu’elle a parlé de "race blanche" sur le plateau d’On n’est pas couché, Nadine Morano est sous le feu des critiques. L’eurodéputée a même été lâchée par de nombreux ténors de son parti, dont son chef, Nicolas Sarkozy, lequel aurait d’ailleurs lâché qu’elle était "barrée" pour tenir de tels propos. "Je peux remplir des valises de mails de soutien. Comme je voyage en TGV, je ne peux pas transporter quinze valises, mais j’ai reçu au moins 10.000 mails pour m’encourager !", a-t-elle cependant assuré à Metronews. Egalement moquée pour avoir posté sur Twitter une photo d’elle se recueillant sur la tombe du général de Gaulle, Nadine Morano s’est justifiée en invoquant son "besoin" de le faire et ses origines lorraines. "Il ne faut pas oublier que je viens de la Lorraine, moi. J’ai été élevée dans le gaullisme et dans les références au Général de Gaulle. A la maison, il y avait ses livres dans la bibliothèque. Cette phrase sur la 'race blanche', je l’ai inscrite dans la tête".

Publicité
La Commission nationale d’investiture (CNI) des Républicains doit se réunir mercredi pour décider si Nadine Morano pourra ou non rester sur les listes du parti aux élections régionales. Encore une journée à patienter avant de savoir si ses arguments ont fait mouche.

Vidéo sur le même thème : Nadine Morano a "trouvé minable" la réaction d'Alain Juppé