Visiblement remonté contre l’emballement politico-médiatique suscité par les propos de Nadine Morano sur la "race blanche", Alain Juppé a tenu à rappeler à l’ordre les ténors de son camp.

Alain Juppé était resté plutôt discret après la récente polémique délenchée par les propos de Nadine Morano sur la "race blanche". Mais alors qu'il s'était contenté de témoigner son "amitié" avec les "compatriotes d'Outre-Mer" dans un tweet, ce dernier est revenu plus longuement sur la polémique dans un billet publié dans son blog samedi. Le maire de Bordeaux a notamment regretté l’agitation causée par les déclarations de Nadine Morano et a sévèrement critiqué "l’abaissement du débat public, la course à la vulgarité, la recherche du bon mot, ou mieux encore du gros mot qui fera la une des médias".

A lire aussi - Nadine Morano : à droite qui pense quoi de ses déclarations ?

Le candidat à la primaire des Républicains a également qualifié de "sottise" la "caricature d’une France de race blanche". Pour lui, cela "insulte du même coup les Français de Guadeloupe, les Français de Martinique, les Français de Guyane" ou encore de "la belle société multiraciale de la Réunion".

"Les valeurs chrétiennes, c'est l'amour du prochain, l'accueil de l'étranger, le respect de l'autre"

"La patrie française ne se définit pas par la couleur de la peau mais par le partage du bien commun que constituent les valeurs de la République, la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, l'égalité entre les femmes et les hommes, le respect de la laïcité", a rappelé l’ancien Premier ministre, ajoutant que "les valeurs chrétiennes, c'est l'amour du prochain, l'accueil de l'étranger, le respect de l'autre".

Publicité
Enfin, Alain Juppé a dénoncé "l’arrogance des bien-pensants qui se réclament bruyamment des racines chrétiennes de la France sans y être vraiment fidèles". Une référence aux propos de Nicolas Sarkozy qui a rappelé jeudi, que la France avait "des racines chrétiennes".

En vidéo sur le même thème - Nadine Morano sur TF1 : Sarkozy "fait une faute politique majeure"