En novembre dernier, sa croix autour du cou avait provoqué une mini-polémique. Aujourd'hui, c'est sa défense hasardeuse de François Fillon, dans l'affaire Penelope Fillon, qui la remet sur le devant de la scène.

Invitée mercredi dans "C à vous", sur France 5, la porte-parole de François Fillon, Valérie Boyer, s'est illustrée par sa défense un peu ratée de son champion, embourbé dans l'affaire Penelope Fillon.

Pour défendre François Fillon, le maire des XIe et XIIe arrondissements de Marseille a évoqué sa situation personnelle, expliquant avoir employé un de ses fils. "Rémunéré ?", lui a demandé un chroniqueur. "Oui. Mais pour des activités réalisées", a-t-elle répondu. Une dernière phrase un peu approximative car elle sous-entend que d'autres ont été payés pour un emploi fictif, ce qui est exactement reproché à... François Fillon.

Elle est fille de pieds-noirs

En novembre dernier, celle qui est aussi député des Bouches-du-Rhône et vice-présidente des Républicains s'était fait remarquer en portant ostensiblement une croix autour du cou lors du JT de France 2. Ce pendentif, appelé khatchkar, est en réalité une croix arménienne (une importante communauté arménienne vit à Marseille) et qui rappelle notamment le combat de Valérie Boyer pour faire reconnaître le génocide arménien de 1915. 

Valérie Boyer est une fille de pieds-noirs, née à Bourges en 1962. Devenue cadre de la sécurité sociale, elle s'est lancée en politique en 2001 à Marseille, auprès de Jean-Claude Gaudin, l'édile de la deuxième ville de France. En 2007, élue député des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer s'attaque à plusieurs sujets de société : aides familiales, obésité, projet de loi visant à signaler toute photo retouchée pour lutter contre les incitations à la maigreur. En 2012, suite aux guerres intestines entre Jean-François Copé et François Fillon, Valérie Boyer choisit de rallier ce dernier et de lui être fidèle.

Une catholique aux valeurs traditionnelles

Publicité
Un engagement notamment motivé par le côté conservateur de François Fillon. Car cette mère de trois enfants, divorcée, est "une catholique pratiquante attachée aux valeurs traditionnelles de la famille", comme l'explique le Figaro madame. Elle a ainsi défilé aux côtés de la Manif pour tous, et défend à l'Assemblée un projet de loi visant à lutter contre le recours aux mères porteuses. Valérie Boyer est aussi une grande défenseur des chrétiens d'Orient, persécutés dans le monde arabe. Elle arbore d'ailleurs sur son compte Twitter le signe "ن", qui est la lettre "N" de l'alphabet arabe (le "noun") qui signifie "Nazaréens", terme utilisé pour désigner les chrétiens dans le Coran (et par Daech pour marquer les maisons des chrétiens persécutés).

Vidéo sur le même thème Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, pendant le second tour de la primaire de la droite et du centre

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité