La patronne du Parti radical de gauche (PRG) est la benjamine de la primaire organisée par le Parti socialiste. Mais la connaissez-vous vraiment ?

Du haut de ses 39 ans, Sylvia Pinel est la benjamine de la primaire de la gauche (22 et 29 janvier). Elle est aussi la seule femme.

Malgré son jeune âge en politique, la présidente du Parti radical de gauche (PRG) a déjà un CV bien fourni : député depuis dix ans, deux fois ministre, vice-présidente de la région Occitanie.

Une fidèle de Jean-Michel Baylet

C'est grâce à sa fonction de présidente du PRG, allié du PS et du gouvernement, que Sylvia Pinel peut concourir à la primaire organisée par le Parti socialiste. C'est aussi grâce au PRG que l'ancien ministre a connu un destin politique. Plus particulièrement, grâce à Jean-Michel Baylet, l'ancien président du PRG et actuel ministre de l'Aménagement du territoire, qui lui a mis le pied à l'étrier dans les années 2000. 

Ses études de Droit terminées, Sylvia Pinel est entré dans l'entourage de cet homme fort du sud-ouest de la France, qui fut en même temps président du PRG, sénateur, président du Conseil général du Tarn-et-Garonne et last but not least, propriétaire du principal quotidien de la région toulousaine, La Dépêche du Midi. Elle fut tout d'abord sa collaboratrice avant de devenir sa chef de cabinet au conseil général. 

Un programme fidèle à la ligne du PRG

En 2007, Sylvia Pinel change d'envergure puisqu'elle remporte (in extremis) le poste de député du Tarn-et-Garonne. En 2012, à la faveur de l'élection François Hollande, quelques membres du PRG rentrent dans le gouvernement. Sylvia Pinel est de la partie et devient ministre délégué à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme. Elle a notamment porté ses efforts sur la réforme du statut des auto-entrepreneurs. Deux ans plus tard, elle hérite du ministère du Logement dans le premier gouvernement de Manuel Valls. Elle sera à l'origine de la "Loi Pinel", créant un nouveau dispositif de défiscalisation pour encourager l'investissement dans les logements locatifs.

Publicité
Elle a quitté son poste début 2016 pour se consacrer à son nouveau poste de vice-présidente du conseil régional d'Occitanie. Suite au renoncement de François Hollande, début décembre, Sylvia Pinel a abandonné l'idée d'une candidature indépendante à l'élection présidentielle et a rejoint la primaire de la gauche. Comme le souligne Les Echos, la benjamine de la primaire a "un projet fidèle à la ligne du PRG, à savoir une politique économique plutôt libérale couplée à l'ouverture de nouveaux droits sur le plan sociétal."

Vidéo sur le même thème : Primaire de la gauche : qui soutient qui

mots-clés : Sylvia pinel, Programme
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet