Elle n'exlut pas l'idée de se présenter à la tête de l'UMP et ainsi faire de la concurrence aux candidats déclarés, Christian Estrosi, Hervé Mariton et Bruno Le Maire. Planet.fr revient sur le parcours de la plus farouche partisane du retour de Nicolas Sarkozy.

© AFP

AFP

Alors interrogée par un internaute sur son éventuelle candidature à la tête de l’UMP, Nadine Morano s’y est vue. "Je ne m’interdis rien" lui a répondu la plus fidèle des sarkozystes. Celle qui est née Nadine Pucelle (son père a fait changer son nom en 1976) n’en finit plus de surprendre. Retour sur le parcours de cette responsable politique symbole de l'ère Sarkozy.

Son parcours

Lorraine et d'origine modeste, Nadine Morano débute sa carrière à droite comme déléguée des jeunes RPR en 1986, son mentor politique est alors Jacques Chirac. Mais ça, c’était avant de rencontrer Nicolas Sarkozy qu’elle soutient lors de son ralliement à Balladur à l’élection présidentielle de 1995. Dès lors, son destin est scellé.

Lire aussi : Présidence de l’UMP : pourquoi de Villepin soutient son meilleur ennemi Sarkozy

En 2002, elle est élue députée de Meurthe-et-Moselle, année à laquelle elle devient également secrétaire nationale de l'UMP, chargée des fédérations professionnelles. Sa fidélité sera récompensée, en 2008.

Elle intègre alors le gouvernement Fillon II en qualité de secrétaire d’Etat puis sera nommée ministre de chargée de l’Apprentissage et de la formation professionnelle en 2010. Mais cette dimension de "femme d'État" ne l'empêchera d'enchaîner les sorties médiatiques qui font la singularité de sa personnalité.

Une figure médiatique

Connue pour ses sorties fleuries sur Twitter et son langage franc du collier, l’ancienne ministre de l’apprentissage revendique ses origines modestes qui expliqueraient les "attaques" dont elle ferait l’objet. "On cherche à m'atteindre par mes origines populaires dont je suis fière" disait-elle en 2012. Elle est tellement accro à ce réseau social que Jean-Pierre Raffarin lui a publiquement demandé "d’arrêter de tweeter". Et pour cause, elle compte déjà pas mal de casserolles.

Il va s’en dire que sa façon de faire de la politique contraste avec ce qui est de rigueur dans le milieu. Comme cette fois, en 2007, quand la porte-parole de l’UMP qu’elle était s’était incrustée encapuchonnée à une rencontre organisée par Ségolène Royal dans le but de prendre à partie de nuire la candidate socialiste par le biais de cette opération commando. Ceci lui avait d'ailleurs valu de se voir écartée de la campagne de 2007

Publicité
Elle est comme ça Nadine Morano. C’est pour cette raison qu’elle n’hésite pas à remettre en cause l’autorité du triumvirat (qui compte tout de même trois anciens Premiers ministres) mis en place à l’UMP. Parce qu’elle a la déjà eu la preuve que Nicolas Sarkozy remerciait les fidèles et punissait les félons. Ce dernier peut être convaincu d'une chose. Quoiqu'il puisse se passer dans les différentes affaires dans lesquelles il est impliqué, il peut compter sur elle pour le défendre devant toutes les caméras de France et de Navarre. Pas étonnant que la presse anglaise l'ait surnommée "Nadine Chien Fidèle".  

 A revoir en vidéo : Nadine Morano se clashe avec Jean-Pierre Coffe

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité