Les chefs de file élus à l’issue du second tour dimanche dernier vont être intronisés à la présidence de leur région ce vendredi. En moyenne, le futur président est de droite, il cumule d’autres mandats…

Ce vendredi, c’est le grand jour pour les têtes de liste qui ont remporté les élections régionales dimanche dernier et qui vont se faire introniser présidents de leur région. Enfin, pas tout le monde. En effet, seuls les candidats arrivés en tête dans les régions qui n’ont pas fusionné à cause de la réforme territoriale seront amenés à se faire élire. Pour les autres, il faudra attendre janvier prochain.

Sont donc concernés ce vendredi par leur élection en tant que président de région : Valérie Pécresse en Ile-de-France ; Christian Estrosi en Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Bruno Retailleau en Pays de la Loire, Jean-Yves Le Drian en Bretagne et François Bonneau en Centre-Val-de-Loire.

Un homme de droite âgé de 55 ans

Pour mieux connaître ces futurs barrons locaux, le JDD a dressé le portrait-robot du président de région type. Avec trois femmes présidentes (Marie-Guite Dufay en Bourgogne-Franche-Comté, Valérie Pécresse en Ile-de-France et Carole Delga en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), sur treize régions métropolitaines, le président de région est donc majoritairement un homme.

En moyenne, celui-ci n’est pas très jeune puisqu’il culmine à 55,4 ans en moyenne. Dans le détail, les plus jeunes se trouvent à droite : 52,7 ans pour les présidents Républicains et 60,8 ans pour leurs homologues socialistes. Si le président type est un homme de 55 ans, il est aussi de droite. Et c’est à droite que l’on trouve le plus de présidents qui découvrent leur mandat (Hervé Morin, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez n’ont jamais été membre de ce genre d’assemblée) ; ce qui est normal car les précédentes régions étaient quasiment toutes aux mains des socialistes.

Anciens champion de moto, cavalier au Puy du Fou…

Pour ce qui est du cumul des mandats, c’est fifty-fifty comme diraient les Anglais. En effet, sur les 13 présidents, 7 ne cumulent pas. Pour les autres, Alain Rousset, Laurent Wauquiez, Carole Delga et Bruno Retailleau conservent leur mandat parlementaire. Christian Estrosi, à Nice, veut garder la présidence de la métropole. Enfin, citons le cas particulier de Jean-Yves Le Drian qui va rester ministre de la Défense.

Publicité
Enfin, d’où viennent ces présidents de régions ? Principalement de la fonction publique : neuf en sont issus, dont trois de l’Education nationale (Richert, Le Drian et Bonneau). Les quatre autres ont des parcours divers : Gilles Simeoni, en Corse, est un avocat – il fut celui d’Yvan Colonna –, Xavier Bertrand a été agent d’assurance, Bruno Retailleau a été cavalier bénévole au Puy du Fou, en Vendée, et Christian Estrosi a été un champion de France de moto dans les années 1970.

Vidéo sur le même thème : Laurent Wauquiez président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité