En pleine campagne pour les élections régionales, Valérie Pécresse a mené une opération médiatique surprenante en allant nettoyer un ancien camp de roms en Seine-Saint-Denis.

© Twitter

L’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur a été désignée par l’UMP pour être candidate pour les élections régionales en Ile-de-France. En pleine campagne, Valérie Pécresse s’est rendue à Aulnay-Sous-Bois en Seine-Saint-Denis, dans le fief de Claude Bartolone, également candidat pour le même scrutin, afin de nettoyer un ancien camp de roms, comme le rapporte L’Express.

Lire aussi - Quand Valérie Pécresse fait appel à des figurants pour faire salle comble

"Attention aux clous rouillés et au tétanos"

En effet, le président de l’Assemblée nationale portera les couleurs du parti socialiste après que Jean-Paul Huchon, le président de l’Ile-de-France actuel, a fait part de son soutien. Toutefois, cette opération de communication avait été prévue avant la déclaration de candidature du député socialiste de ce département. La députée des Yvelines a donc chaussé ses bottes en caoutchouc et enfilé des gants. Et à l’aide d’une pelle, elle a commencé à nettoyer le sol du camp de roms récemment évacué et situé à proximité de l’autoroute A3. "Attention aux clous rouillés et au tétanos", a-t-elle averti les militants venus l’aider.

"Le naufrage de la gauche a laissé la Seine-Saint-Denis sombrer"

"Avec cette opération, coup de balai, vous l'avez compris, nous voulons une région propre. Parce que la dignité, l'attractivité, la qualité de vie, ça commence avec la propreté", a déclaré Valérie Pécresse aux journalistes présents. "Nous voulons donner un cadre de vie digne aux Franciliens, insiste-t-elle. Quand les investisseurs, les touristes et les habitants découvrent cette saleté, ils ne peuvent être que choqués", a-t-elle jugé. "Le naufrage de la gauche a laissé la Seine-Saint-Denis sombrer", a conclu Valérie Pécresse.

Pour la gauche, il s'agit d'une "opération spectacle, ridicule et superficielle"

Le président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a tourné en ridicule la candidate UMP "affublée d'une petite pelle et chaussée de bottes", qui "a participé devant la presse à une opération spectacle, ridicule et superficielle". Il a déclaré ironiquement qu’il tenait à remercier "Mme Pécresse pour son engagement pour la propreté et l'entretien de l'espace public de ce département, qu'elle apprend à découvrir par intérêt électoraliste".

"Enfin, la Seine-Saint-Denis ne sera plus considérée comme le ‘9-3’"

Publicité
De son côté Manon Laporte, conseillère municipale UMP à Montreuil et porte-parole de Valérie Pécresse, a estimé : "On se demande ce que fait le département avec son budget et ses deux milliards de dettes quand on voit de telles zones remplies d'immondices". Avant d’ajouter : "C'est bien que Valérie Pécresse dénonce cela, c'est une femme de terrain qui constate par elle-même et n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis". "Enfin, la Seine-Saint-Denis ne sera plus considérée comme le ‘9-3’", a également considéré Manon Laporte.

Vidéo sur le même thème : Pécresse : "L'UMP doit retrouver le chemin de la probité"