D’après une confidence faite par un proche de Nicolas Sarkozy à Europe 1, l’ancien chef de l’Etat se serait amusé des propos récemment tenus par son ex-Premier ministre en cas de duel FN/PS lors du second tour des élections municipales.

©AFP

François Fillon a jeté un véritable pavé dans la mare la semaine dernière en déclarant qu’en cas de duel FN/PS au second tour des élections municipales de 2014, il appelait ses partisans à voter pour le "candidat le moins sectaire". En effet, en plus des réactions que cette sortie a provoquées chez l’opposition, l’UMP est désormais  divisée. Et cette situation ne manque pas de raviver le spectre d’une guerre entre l’ancien Premier ministre et le président du parti de droite, Jean-François Copé. Distant physiquement de la politique française depuis qu’il a perdu face à François Hollande en 2012, Nicolas Sarkozy ne manque cependant pas de suivre ce qui se passe dans l’arène. Et alors que l’ancien chef d’Etat a, comme à son habitude depuis qu’il a quitté l’Elysée, conservé un certain silence à propos de cette affaire, l’un de ses proches a toutefois confié à Europe 1 qu’il aurait ri de la sortie de François Fillon.

"Sarkozy n’est jamais allé si loin"Interrogé par l’éditorialiste Caroline Roux, Patrick Buisson, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a par ailleurs indiqué qu’il s’était, lui aussi, amusé des propos de l’ex-chef du gouvernement. Selon lui, la situation est d’autant plus cocasse que François Fillon a franchi un pas vers le Front National et ce, alors même qu’il s’était farouchement opposé à la droitisation de l’UMP. "Que ceux qui rencontrent François Fillon le remercient, il m’a repositionné à la gauche du MoDem", a-t-il ainsi lâché avant d’ajouter : "Sarkozy n’est jamais allé si loin, il n’a jamais appelé à voter pour le Front".

Publicité
Après des mois d’absence et un semblant de retour forcé dû à l’invalidation de ses comptes de campagne en juin dernier, Nicolas Sarkozy réapparaît petit à petit dans le paysage français. L’ancien président de la République est en effet attendu ce mercredi en Haute-Savoie pour remettre la Légion d’honneur à un ancien député UMP, Claude Birraux. Selon les informations du Journal du Dimanche, il devrait même prononcer un discours. Un point d’autant plus surprenant que c’est dans ce même département que Nicolas Sarkozy avait annoncé sa candidature en 2012.

Publicité