En voulant défendre la réforme de l’orthographe dans un tweet, le ministre de l’Education nationale a commis pas moins de deux erreurs en seulement quelques mots.

Najat Vallaud-Belkacem a beau être ministre de l’Education nationale, elle n’en est pas moins faillible quand il s’agit d’écrire la langue de Molière.

En octobre 2015, elle avait ainsi été vertement critiquée à cause d’une coquille dans le texte du diaporama accompagnant son discours sur le thème… "Lire et écrire au CP".

Cette fois-ci, l’erreur – ou plutôt les erreurs – sont moins pardonnables. En effet, alors que les tensions autour de la réforme de l’orthographe – qui prévoit de modifier l’orthographe d’environ 2 000 mots ou encore de supprimer quelques accents circonflexes à la rentrée prochaine – ne faiblissent pas, le ministre a voulu défendre ce projet qui remonte aux années 1990 et qui fut appliqué de manière facultative en 2008. Mal lui en a pris.

L’arroseuse arrosée

C’est sur Twitter que Najat Vallaud-Belkacem a voulu publier son message, directement adressé au journal Le Figaro, qui multiplie depuis l’annonce de cette réforme des articles peu enthousiastes à l’idée que celle-ci puisse être appliquée pour la rentrée prochaine dans les livres scolaires. Le ministre a donc écrit vendredi dernier dans son tweet, repéré par Le Point : "Bien qu'appliquée en 2008, je n'ai pas le souvenir que @Le_Figaro la critiquât. Instrumentalisation ?"

Publicité
Sauf que le ministre de l’Education nationale a commis deux fautes en moins de 140 signes, comme lui a fait remarquer une certaine "Madame E", professeur de lettres à Paris. D’une part, Najat Vallaud-Belkacem a fait une rupture de syntaxe : "Bien qu’appliquée [la réforme] en 2008, je" ; il fallait écrire "elle", sujet d’"appliquée".  D’autre part, elle s’est trompée dans la concordance des temps : "Je n’ai pas le souvenir que Le Figaro la critiquât" ; il fallait écrire le(s) subjonctifs(s) "l’ait (ou l’eût) critiquée".

A la fin de son tweet, Najat Vallaud-Belkacem avait accompagné son message du mot-clé #JeSuisCirconspecte. Et nous donc…

Vidéo sur le même thème : Jean-Michel Rouart: "Attention à ne pas jeter la langue française par démagogie" 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité