Elle l’a affirmé haut et fort : Marine Le Pen n’a rien à voir avec les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, ce groupuscule d’extrême-droite, dont certaines des membres sont accusés du meurtre de Clément Méric. Selon le Petit Journal de Yann Barthes, elle a menti.

Marine Le Pen a affirmé haut et fort à la télévision (BFM) et à la radio (RTL, l’interview de Jean-Michel Aphatie) ne pas connaître les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, ce groupuscule d’extrême droite, dont certaines des membres sont accusés du meurtre de Clément Méric, décédé lundi dernier. Pourtant, le Petit Journal de Yann Barthes a démontré le contraire et a prouvé que les JNR et le FN sont étroitement liés. Photos à l’appui.

Un membre des JNR présent lors d’une manifestation du FNL’équipe du Petit Journal d’abord montré l’image d’un jeune homme, de dos, le crane rasé, et sur lequel est tatoué un signe nazi, prise lors d’une manifestation des JNR. A suivi une autre image de ce même jeune homme, reconnaissable grâce à son tatouage, prise cette fois-ci lors de la manifestation du Front National du 1er mai dernier. Autre coïncidence, une photo de Marine Le Pen prise dans un bar. Mais pas n’importe quel bar, il s’agit du bar de Serge Ayoub, le président des JNR. On y reconnaît la même tapisserie. Marine Le Pen s’est donc rendue au moins une fois au QG des JNR.

Publicité
La sécurité du FN assurée par des JNRDernière image : celle d’un homme, Daniel Mack. Selon le Petit Journal, il a assuré la sécurité des manifestants du Front National en mai 2012. Il a aussi participé à un rassemblement des JNR, il en serait même une des têtes. Les trois preuves ont été vérifiées, a déclaré Yann Barthes.

Retrouvez les affirmations de Marine le Pen en vidéo ici :

 

 

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité