Mercredi, lors d’une séance de questions au gouvernement, le Premier ministre a ironisé sur les propos du député LR de l’Oise, qui avait loué l’influence de Nicolas Sarkozy dans l’accord avec la Grèce.

L’humour était au beau fixe mercredi après-midi, à l’Assemblée Nationale. Lors d’une séance de questions au gouvernement, Manuel Valls et Éric Woerth se sont en effet livrés à un échange tout en ironie, suscitant l’hilarité et les applaudissements des autres députés. La raison ? Une simple remarque d’Éric Woerth au sujet de François Hollande qui n’a visiblement pas plu au Premier ministre, rapporte Le Figaro.

Un "exercice d’autocélébration"

Le député LR de l’Oise aurait peut-être dû réfléchir à deux fois avant de tacler l’attitude du président de la République. "Nous assistons, sur la Grèce depuis dimanche, à un drôle d’exercice d’autocélébration du président de la République, à une autosatisfaction générale du gouvernement, une sorte de fanfare du 14 juillet", a ainsi lâché le parlementaire. Des propos qui n’ont pas échappé à Manuel Valls.

À lire aussi - Nicolas Sarkozy se moque de Manuel Valls : il "perd ses nerfs"

Ce dernier a en effet souhaité réagir, sur "le mode de l’humour". "On pourrait continuer sur le mode de l'humour en parlant des autocélébrations. J'ai cru comprendre que vous gratifiez le président de votre formation politique de l'accord qui a eu lieu dimanche (...)", a-t-il indiqué, en référence aux déclarations tenues lundi par Éric Woerth, saluant le rôle de Nicolas Sarkozy dans la signature d’un accord avec la Grèce.

Un "prix de l’humour" pour Woerth

Publicité
"Cela a incontestablement fait sourire, et vous inscrit pour le prix de l'humour dans quelques mois", a ironisé le Premier ministre, avant d’ajouter, sous une pluie d’applaudissements : "Ce n’est pas moi qui le donne, je vais essayer d’y participer à ma manière". À quand la prochaine séance ?

Vidéo sur le même thème - Départementales : Entre Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, la guerre semble déclarée