François Bayrou a-t-il menacé Radio France de représailles juridiques suite à une enquête de franceinfo sur l'affaire des emplois fictifs au MoDem ? C'est en tout cas ce que laisse penser un article de Mediapart. 

En pleine tourmente dans une affaire d'emplois fictifs pour des assistants parlementaires du MoDem, l'actuel ministre de la Justice a appelé Radio France pour faire pression après une enquête de franceinfo sur le sujet, révèle Mediapart vendredi. 

"Voici ce qu’il me dit en substance : 'Des gens de chez vous sont en train de téléphoner à des salariés du MoDem, de les harceler de manière inquisitrice, et de jeter le soupçon sur leur probité. C’est inacceptable. Avec mes avocats, nous sommes en train d’étudier d’éventuelles plaintes pour harcèlement'", a expliqué à Mediapart le directeur de la cellule investigation de Radio France, Jacques Monin. 

"Ce n’est pas une menace, ni de l’intimidation"

Un appel que ne dément pas le président du MoDem, mais l'explique autrement. "J’ai appelé le responsable de la cellule investigation de Radio France parce que des journalistes appelaient sur leur téléphone personnel des salariés de notre mouvement qui n’avaient aucun lien avec nos députés européens. Ils étaient appelés en dehors de leur lieu de travail. Une des salariées est venue dans mon bureau en pleurant (…) Ce n’est pas une menace, ni de l’intimidation. J’ai seulement dit que je trouvais cela choquant", a répondu François Bayrou.

Mais un ministre a-t-il à intervenir de cette manière ? Là aussi le garde des Sceaux répond : "Ce n’est pas le ministre de la justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen, simplement pour protéger ces jeunes femmes".

A lire sur ce sujet - Affaire des assistants parlementaires : le MoDem dans la tourmente

Publicité
Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête pour "abus de confiance" et "recel d’abus de confiance" dans l’affaire des assistants parlementaires des députés européens du MoDem. Une procédure qui fait suite au signalement d'un ancien salarié du parti. Ce dernier avait déclaré mercredi au parquet avoir bénéficié d’un emploi fictif auprès d’un eurodéputé.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité