Le ministre de l’Economie a fait une nouvelle sortie fracassante. Au cours d’une interview accordée à un journal américain, il a comparé son ancien métier de banquier d’affaires à celui de prostituée. Découvrez quels sont, selon lui, les points communs entre ces deux professions.

Une question d’appréciation. C’est en des termes quelque peu surprenants qu’Emmanuel Macron a récemment évoqué son ancien métier dans les colonnes du Wall Street Jounal. Au média américain, celui qui était il y a peu de temps encore banquier d’affaires chez Rothschild a confié : "On est comme une sorte de prostituée. Le job, c’est de séduire".

A lire aussi – Emmanuel Macron et Brigitte Trogneux : un couple atypique

Cette nouvelle sortie promet à coup sûr de faire réagir. En témoignent les réactions suscitées par ces précédentes sorties fracassantes. "Il y a dans cette société une majorité de femmes et il y en a qui sont pour beaucoup illettrées", avait-il ainsi déclaré à propos des salariées des abattoirs GAD (Bretagne). "Je ne me vois pas comme un homme politique", avait-il encore confié lors d’un entretien accordé à Ouest-France en septembre dernier.

J’étais "un salopard de banquier uni-latéral"

Publicité
Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron dézingue le métier de banquier d’affaires. J’étais un "salopard de banquier uni-latéral", a-t-il même un jour lâché. "Le métier de banquier d’affaires n’est pas très intellectuel. Le mimétisme du milieu sert de guide", avait-il également estimé. Un avis qui semble bien critique au regard de qu’Emmanuel Macron a gagné pendant les quatre ans qu’il a passés chez Rothschild : près de 3 millions d’euros.

 > Vidéo sur le même thème : Macron "devrait revenir un peu sur le terrain"