Alors que Dieudonné est poursuivi pour "apologie du terrorisme" pour ses propos sur les attentats, Marine Le Pen a posé la question des "limites de la liberté d'expression".

Lundi 2 février, la présidente du Front national a accordé une interview à I24news, une chaîne d’information israélienne. Au cours de l’entretien, la présidente du Front national est revenue sur le message posté par Dieudonné sur Facebook dans lequel il disait se sentir "Charlie Coulibaly". Alors que le polémiste doit être jugé mercredi 4 février pour "apologie du terrorisme", Marine Le Pen s’est interrogée sur les "limites de la liberté d’expression".

Lire aussi : Doubs : quand l’actuelle candidate FN soutenait "l’évidente inégalité des races"

Publicité
"Ce tweet est ignoble (...) Cette provocation je la trouve nauséabonde, je trouve ça scandaleux" a-t-elle d’abord expliqué. "Maintenant, tout le problème de la liberté d'expression, c'est où on met les limites: Est-ce qu'on se contente d'une condamnation politique parce que Dieudonné se pique maintenant de faire de la politique, ou est-ce qu'on saisit les tribunaux ? Ça, c'est la question que chaque pays doit se poser et mettre le curseur au bon endroit" s’est par la suite interrogée Marine Le Pen alors que Dieudonné est un habitué des tribunaux pour ses nombreux propos polémiques.

 

Publicité
Publicité