Les règles de la primaire qui désignera le candidat UMP pour l’élection présidentielle de 2017 seront validées ce mardi soir.

La charte aurait déjà été votée à l’unanimité. Elle doit cependant être validée par le bureau politique de l’UMP ce mardi soir.

Les principales règles sont les suivantes. Le premier tour de la primaire aura lieu le 20 novembre 2016 et en cas de second tour, celui-ci se tiendra le 27 novembre.Toute personne inscrite sur les listes électorales pourra voter dans l’un des 8000 bureaux de votes prévus à cet effet. Pour voter, il faudra cependant payer deux euros. Le vote se fera uniquement en papier, il n’y aura pas de vote électronique. Et les procurations ne seront pas acceptées. Les prétendants pourront également provenir de l’UDI et auront jusqu’au 9 septembre 2016 pour déposer leur candidature.

A lire aussi - Primaire UMP : demandez le programme !

Le nombre de parrainages requis fait débat

Seuls quelques points restent à discuter. Notamment le nombre de parrainages de parlementaires. Établi à 25, certains futurs candidats le trouvent trop élevé. En effet, pour être candidat à la présidence de l’UMP, seulement 13 parrainages étaient nécessaires. Ils déplorent le fait que cela favoriserait deux ou trois candidats, en particulier les cadors de l’UMP, au détriment des autres. "Si vous n'arrivez pas à convaincre 25 parlementaires de votre famille politique que vous êtes un candidat à la présidence de la République, ce sera difficile de convaincre une majorité de Français", a déclaré au Figaro le député Thierry Solère, en charge d'établir le réglement. Par ailleurs,  le prétendant devra avoir obtenu le parrainage de 250 maires, conseillers régionaux et départementaux d’au moins 30 départements différents. Il devra également disposer du soutien de 2500 adhérents.

En ce qui concerne le nombre d'électeurs, chacun y va de son pronostic. Pour Gérard Larcher, l'objectif est de faire mieux que la primaire du parti socialiste de 2011 qui avait réuni entre 2,6 et 2,8 millions de votants. Hervé Mariton pour sa part fixe le seuil de crédibilité à 2 millions de personnes. Nicolas Sarkozy serait le seul à espérer une faible participation autour d'un million afin de mettre toutes les chances de son côté, rapporte Le Lab. A l'inverse, Alain Juppé et François Fillon voudraient qu'entre 2 et 3 millions de personnes se déplacent. Ou bien ils se présenteront directement à l'élection présidentielle.

Nicolas Sarkozy a plus d'autorité mais Alain Juppé est plus rassembleur

Publicité
Selon un sondage réalisé par Odoxa pour iTélé, parmi les Français qui envisagent d’aller voter à la primaire UMP, 32% pencheraient pour Alain Juppé et 31% pour Nicolas Sarkozy. En revanche, les sympathisants UMP choisissent l’ancien président de la République alors que 79% des sympathisants UDI préfèrent le maire de Bordeaux. En ce qui concerne les deux leaders, 52% des Français trouvent que Nicolas Sarkozy a plus d’autorité qu’Alain Juppé. Mais les Français trouvent ce dernier plus rassembleur à 51%.

 Vidéo sur le même thème : Primaire UMP : "Les militants choisiront le meilleur"