Selon les résultats définitfs, 9 883 personnes ont voté blanc ou nul à la primaire de la droite... tout en payant les deux euros pour participer à ce scrutin. Mais pourquoi ?

Selon les résultats définitfs, il y a eu très précisément 9 883 votes blancs et nuls. Soit autant de personnes qui se sont déplacées, qui ont payé les deux euros obligatoires, pour finalement ne voter pour aucun candidat, soit de manière intentionnelle (vote blanc), soit "accidentelle" (vote nul).

Un score qui n'est pas conséquent par rapport au nombre de votants (4 298 097), mais qui n'est pas loin du score du dernier, Jean-François Copé, qui avec 0,3 % a obtenu 12 787 voix. Mais dans certains départements, les votes blancs ou nuls ont dépassé les scores enregistrés par les petits candidats. C'est notamment le cas à La Réunion où on a davantage voté blanc-nul (718) que pour Bruno Le Maire (574), Nathalie Kosciusko-Morizet (471), Jean-Frédéric Poisson (314) et Jean-François Copé (146). C'est donc à La Réunion qu'on a le plus voté blanc ou nul, et généralement dans les îles d'outre-mer et en Corse, et dans les zones rurales.

Plusieurs types d'électeurs ont voté blanc ou nul

Mais pourquoi certains se sont-ils déplacés, ont payé 2 euros, et n'ont désigné aucun candidat ? "Il est vrai que ça peut paraître absurde au regard de l'offre politique et du rapport coûts/bénéfices", admet au Figaro Jérémie Moualek, chercheur en sociologie. "Mais il faut aller plus loin et réinsérer l'électeur dans son environnement social", ajoute-t-il tout en définissant trois types d'électeurs : celui qui va voter, même s'il n'est pas du bord politique des candidats, parce que dans certaines familles ne pas voter revient parfois à dévoiler ses convictions politiques ; celui qui refuse de faire un choix mais aussi de s'abstenir ; et enfin celui qui souhaite passer un message par son vote blanc ou nul, en griffonnant le nom d'une autre personne, ou même en déposant des traces de rouge à lèvres sur le bulletin...

A lire aussi Le mode d'emploi pour voter à la primaire de la droite et du centre

Kate, 50 ans, explique son vote blanc

Publicité
Une certaine Kate, 50 ans, a expliqué au Figaro pourquoi elle avait voté blanc dimanche dernier. "C'était un acte politique pour manifester ma colère vis-à-vis de ces politiques qui n'écoutent plus le peuple. Les gens qui nous gouvernent ne le font pas pour nous, mais pour leurs intérêts personnels !". Excédée, elle justifie son choix par le manque de travail dans son département, le chômage, les fins de mois difficiles pour certains. "Ça m'a foutu les boules de donner deux euros, mais je voulais faire passer ce message de ras-le-bol", s'emporte-t-elle, ajoutant qu'elle en fera de même pour la primaire de la gauche et l'élection présidentielle.

Pourquoi ne pas s'abstenir ? "Par devoir civique. Dans ma famille, on nous a toujours inculqué que le vote avait une valeur. Pour moi, c'est une manière de montrer que j'appartiens à ce pays."

Vidéo sur le même thème : Primaire à droite : la surprise Fillon