Pour voter à la primaire de la droite et du centre, au premier tour comme au second tour, il fallait à chaque fois débourser 2 euros. Mais saviez-vous qu'une partie de cet argent s'est retrouvé... dans les caisses de la Poste ? Explication.

Ses organisateurs ont de quoi se réjouir : les frais de la primaire de la droite et du centre leur ont été intégralement remboursés. L'exploit a été possible grâce aux plus de 4 millions personnes venues voter à chaque tour. Puisque chacune a dû s'acquitter de la somme de deux euros avant de déposer son bulletin dans l'urne, on peut estimer la somme totale récoltée à 16 millions d'euros, soit le double du coût de l'évènement ! 

Parmi cette somme, explique Le Parisien, une partie servira à payer... la Banque Postale, filière de la Poste. Cette dernière a en effet offert ses services pour convoyer les fonds générés par la primaire, moyennant une généreuse commission de 8%. Plafonnée à 750 000 euros, elle a rapidement été atteinte.

À lire aussi – La Poste : elle fait un AVC, son patron la force à finir son travail

Une mobilisation exceptionnelle

Ce montant exceptionnel aurait pu être plus élevé. Selon Anne Levade, présidente de la Haute Autorité de la Primaire, interrogée par le quotidien, la Poste "voulait au départ 10% sans plafonnement". De son côté, l'entreprise met en avant les "trois mois de préparation, la mobilisation de 2 200 bureaux, (la) hotline dédiée de 12 personnes" nécessaires pour organiser le transit de l'argent.

Publicité
Au total, poursuit la société, "plus de 40.000 sacs scellés de pièces et de billets" ont été transportés par des employés spécialisés, à qui on a demandé d'effectuer des "tournées exceptionnelles". Ajoutez à cela le "comptage des pièces" et la nécessité d'un compte-rendu précis et régulier afin de gommer les écarts, une tâche indispensable étant donné les tonnes d'argent amassées.

Vidéo sur le même thème – Proxi-vigie, le service de La Poste à destination des personnes isolées

Licence Creative Commons

Publicité