A un an de la prochaine élection présidentielle, les candidats, déclarés ou pas, sont en ordre de bataille. Et pour remporter cette course à l’Elysée, tous comptent sur le soutien de celui ou celle qui partage leur vie. Auteure de "Hommes de…" Bérengère Bonte nous en dit plus sur leur rôle. 

Planet : Peut-on parler de duo qui part à la conquête de l’Elysée ?Bérengère Bonte : "Aux Etats-Unis, on peut parler de duo mais pas en France. Ici, c’est uniquement un candidat qui se présente face aux Français, pas un couple. Le conjoint joue bien évidement un rôle auprès du candidat mais il n’est pas acteur de sa campagne. Il va ‘simplement’ le soutenir de manière intime, un peu comme le font tous les couples quand l’un des membres se lance dans un grand projet.

Planet : Les conjoints de candidats sont donc peu impliqués dans la bataille de leur moitié ? Bérengère Bonte : Ils le sont plus ou moins. Chaque couple est différent et certains conjoints sont plus passionnés que d’autres par la politique. Je pense notamment à Cécilia Attias, l’ex-femme de Nicolas Sarkozy. Passionnée de politique, elle a accompagné son ex-mari jusqu’à sa victoire en 2007. A cette époque-là, leur couple battait pourtant de l’aile, il a d’ailleurs éclaté quelques mois après leur arrivée à l’Elysée. Je pense aussi à Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen. Son cas est cependant un peu particulier car, et ainsi qu’il me l’a confié il y a un an, même s’il est aujourd’hui impliqué au sein du Front national, si sa compagne remporte la présidentielle, il arrêtera tout. ‘Je n’attends que ça’, m’avait-il indiqué. A l’époque, il m’expliquait que cette victoire serait comme ‘une délivrance’ pour lui. Il n’était pas question de rompre avec celle qui partage sa vie depuis 2009, uniquement de pouvoir retourner à ses bateaux et à ses amis. ‘J’arrête quand elle arrive à l’Elysée’, m’avait-il assuré. Peut-être a-t-il changé d’avis depuis…

Planet : Selon vous, cela serait-il un handicap pour François Hollande de se présenter célibataire en 2017 ?Bérengère Bonte : Non je ne crois pas. Effectivement, les Français ont tendance à dire qu’ils préfèrent avoir un couple mais, dans les faits les gens crient au scandale dès qu’il est question d’attribuer un bureau personnel à une Première dame. Aussi, je ne pense pas qu’avoir un président sortant célibataire soit un problème pour 2017. Après tout, nous ne sommes plus sous l’Ancien régime ! Il ne faut pas non plus oublier que les Français votent pour un candidat, pas pour celui ou celle qui partage sa vie, ni que ce dernier n’est pas élu et qu’il n’a pas de grand rôle politique à jouer.

Publicité
Il y a d’ailleurs une personnalité qui a très bien intégré cette idée. Il s’agit de Joachim Sauer, le mari d’Angela Merkel. Ce scientifique vit sa vie. Il prend les transports en commun, déjeune à la cantine de son université et n’a pas une seule fois assisté à une cérémonie d’investiture de son épouse. Elle a pourtant été élue Chancelière trois fois ! Bien sûr, il la soutient et assure le rôle d’’homme de’ quand il le faut mais il ne s’implique pas outre mesure. D’ailleurs, cela donne parfois lieu à des scènes cocasses comme lorsqu’il se retrouve mêlé aux femmes des autres chefs d’Etat lors des grands sommets internationaux ! En ce sens, son rôle est très sain".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité