Nicolas Sarkozy reviendra pour les prochaines élections présidentielles. C’est en tout cas ce que rapporte le Point. Mais alors que l'ancien président ne semblait pas pressé d’annoncer son retour, Planet a dressé la liste des raisons qui l’ont sans doute poussé à prendre sa décision maintenant.

©AFP

Retiré de la vie politique depuis qu’il a perdu face à François Hollande en mai 2012, Nicolas Sarkozy aurait décidé de prendre sa revanche en 2017. "La question n'est pas de savoir si je veux ou ne veux pas revenir. Je ne peux pas ne pas revenir. Je n'ai pas le choix. C'est une fatalité. Une fatalité", aurait-il en effet déclaré, selon les informations du Point. Une nouvelle qui, même si beaucoup s’y attendaient, surprend quelque peu. Pourquoi l’ancien président de la République a-t-il choisi d’annoncer son retour maintenant ? Qu’est-ce qui a bien pu motiver sa décision ? Eléments de réponse avec Planet.

Les Français veulent qu’ils reviennentNicolas Sarkozy avait promis il y a quelques mois qu’il serait toujours là pour les Français si ceux-ci en exprimaient le besoin. Et alors que selon un sondage Ifop pour le Figaro Magazine publié ce mercredi, 46% d’entre eux préféreraient le revoir plutôt que François Hollande (27%), l’ancien chef de l’Etat pourrait très bien avoir pris ces résultats pour un appel du pied. Un sentiment sans doute conforté par la suite du sondage qui révèle que, même au sein de son propre clan, le "champion de la droite" reste en pole position. Un peu plus d’un quart des sondés (27%) souhaiteraient en effet que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l'UMP à la présidentielle 2017, contre 17% pour Alain Juppé et 10% pour François Fillon.

Il veut régler ses comptesOutre l’appel des Français, l’annonce du retour de Nicolas Sarkozy pourrait très bien avoir été également précipitée par son envie de régler ses comptes avec ses amis d’hier. "François Fillon ("ce traître"), Laurent Wauquiez ("cet ingrat"), Xavier Bertrand ("un boudeur") et Jean-François Copé ("Harlem Désir de droite")", seraient d’ailleurs ses cibles favorites, rapporte Le Point. Et comme pour enfoncer le clou et se défaire de l’image écornée de l’UMP, Nicolas Sarkozy songerait même à créer son propre parti politique, croit savoir Le Nouvel Observateur.

Lassé de donner des conférences ?Et alors qu’il s’est reconverti dans les conférences depuis qu’il a quitté l’Elysée, sans doute Nicolas Sarkozy s’en est lassé. Après un an et demi passé à distiller ses précieux conseils aux quatre coins de la planète, l’ex-président de la République a peut-être eu envie de revenir à ce qui a rythmé sa vie pendant 37 ans : la politique. Il a d’ailleurs récemment confié pendant un séminaire à Londres : "Un de mes collaborateurs avait dit un jour, après les dernières élections : ‘c’est toujours un tigre, mais il est devenu végétarien ‘. Aujourd’hui je peux vous dire que les tigres ne deviennent jamais végétariens"…

Publicité
Motivé par son déplacement en Afrique du Sud ?Retiré de l’arène politique depuis plus d’un an, Nicolas Sarkozy s’est pourtant affiché mardi devant les médias du monde entier en acceptant l’invitation de François Hollande à la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela. L’occasion pour l’ancien président de se montrer à nouveau mais également de côtoyer les anciens dirigeants avec qui il traitait lorsqu’il résidait à l’Elysée. Et alors que plus de 90 chefs d’Etat venus du monde entier se sont massés au FNB Stadium de Soweto, sans doute Nicolas Sarkozy a-t-il été dopé par cette atmosphère et eu envie de revenir dans les plus hautes sphères du pouvoir en France.

Vidéo : Nicolas Sarkozy et François Hollande ont fait vol à part pour aller en Afrique du Sud

 

 

Publicité